Jean-Noël Escudié / P2C

Personnes âgées - La FHF lance une campagne pour mobiliser les Français contre la réforme de la tarification des Ehpad

Social

Santé, médico-social, vieillissement

La Fédération hospitalière de France (FHF) a lancé, le 23 novembre, "une campagne de mobilisation pour sensibiliser les Français à cette situation et les inviter à signer une pétition pour redonner des moyens financiers aux maisons de retraite publiques". Derrière cet objectif général, le communiqué rappelle clairement la cible : "Le précédent gouvernement a engagé une réforme du financement des établissements accueillant des personnes âgées dépendantes (Ehpad), dont la mise en œuvre se traduit par une baisse de plus de 200 millions d'euros des budgets des établissements publics". Pour mémoire, la FHF représente plus de 1.000 hôpitaux publics, mais aussi environ 3.800 établissements médicosociaux.
La campagne de la FHF, qui entend obtenir le retrait de la réforme, vient couronner une large mobilisation des fédérations professionnelles et des syndicats sur le sujet (voir nos articles ci-dessous), relayée par la récente "mission flash" de la commission des affaires sociales de l'Assemblée nationale évoquant une tarification de "type kafkaïen" (voir notre article ci-dessous du 13 septembre 2017). La Fédération rappelle qu'"alors que le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2018 va bientôt être adopté et que les départements commencent à mettre en œuvre la réforme de la tarification des Ehpad, la FHF a décidé d'interpeller l'opinion sur un sujet majeur. Elle invite pour cela les Français à signer une pétition sur change.org".
La campagne est diffusée à la fois sur les réseaux sociaux Twitter, Facebook, LinkedIn (#MarieLouise) et dans la presse d'information nationale (20 Minutes, Le Monde, Le Parisien et Le Journal du dimanche). En attendant les résultats de cette mobilisation, la FHF estime que "le secteur a besoin d'un signal politique fort pour que les plus fragiles ou les plus modestes ne soient plus pénalisés".
 

Haut de page