Localtis

La région Paca s'associe avec Waze pour tenter de limiter la surfréquentation touristique

Publié le
par
Jean-Noël Escudié / P2C pour Localtis
dans

Tourisme, culture, loisirs

Cohésion des territoires

Infrastructures numériques, données

Provence-Alpes-Côte d'Azur

Face à la pression croissante qui s'exerce sur certains sites très touristiques et aux risques que fait peser la surfréquentation, la région Provence-Alpes-Côte d'Azur a trouvé une réponse originale, qui constitue aussi une première mondiale. Le comité régional du tourisme vient en effet de de conclure un accord avec l'application mobile de navigation GPS Waze. Cette application, développée par une start-up israélienne avant d'être rachetée par Google, repose sur la contribution en temps réel de ses utilisateurs (les Wazers) qui fournissent des indications en continu sur l'état du trafic et divers autres éléments. Waze propose alors aux utilisateurs des itinéraires de dégagement.

Pour Loïc Chovelon, directeur général du CRT Paca, "la surfréquentation de certains sites peut avoir évidemment des conséquences environnementales. Mais cela peut aussi mener à la dégradation du site : les gens ne voudront plus le visiter. On s'est donc demandé de quels outils on pouvait se servir pour réguler le trafic sous la forme de conseil. On a tout de suite réfléchi à la navigation GPS, et Waze a été la première entreprise à nous répondre". L'idée est donc d'appliquer la logique de Waze pour tenter d'éviter la surfréquentation de certains sites. Concrètement, si un automobiliste rentre sur l'application une adresse située à proximité d'un site touristique très encombré, Waze l'avertira des probables difficultés d'accès et l'invitera soit à revenir sur d'autres créneaux horaires moins fréquentés, soit à se reporter sur un autre site plus accessible.

L'accord prévoit de tester ce dispositif sur deux sites de la région : les gorges du Verdon (Alpes-de-Haute-Provence et Var) et Roussillon-en-Provence (Vaucluse), classé parmi les plus beaux villages de France et intégré au périmètre du parc naturel régional du Luberon. Si l'expérience se révèle concluante, elle pourrait être étendue, dès la prochaine saison touristique, à d'autres sites confrontés à une surfréquentation, comme les calanques de Cassis (Bouches-du-Rhône). Il reste toutefois à mesurer l'efficacité réelle du dispositif, mais aussi – en cas d'essai concluant – son acceptabilité par tous les acteurs économiques qui vivent de la fréquentation touristique.

Haut de page