Localtis

Logement / Social - Le logement intergénérationnel fait son trou... lentement

Il y a quelques années, le logement intergénérationnel apparaissait comme une solution très prometteuse, à la fois pour lutter contre l'isolement des personnes âgées et favoriser le maintien à domicile et, plus encore, pour répondre aux besoins de logement des étudiants. La solution - une personne âgée accueille un jeune étudiant en contrepartie d'une présence et de quelques services - semblait très séduisante et a d'ailleurs reçu un soutien de tous les acteurs. A la fin des années 2000, le logement intergénérationnel était même l'un des points forts du label Bien-vieillir, accordé aux villes innovantes en matière de politiques en direction des personnes âgées.

Trop d'obstacles au décollage

Mais les résultats ont été sans commune mesure avec les espérances suscitées. Le décollage du dispositif a été très laborieux, pour ne pas dire poussif (voir nos articles ci-contre du 9 juillet 2009 et du 2 décembre 2010). Certes des associations se sont créées pour assurer la mise en relation et le suivi de la personne âgée et de son locataire. Des villes et des CCAS se sont également proposés pour assurer cette mission.
Mais plusieurs biais importants ont pesé sur le décollage du dispositif : le déséquilibre entre sexes (étudiantes plutôt qu'étudiants), les écarts parfois trop importants entre les modes de vie, ou encore - au moins dans un premier temps - l'amateurisme des contrats et de l'encadrement.
Cette déception par rapport aux résultats attendus ne signifie pas, pour autant, que le logement intergénérationnel ne fonctionne pas. C'est son rythme de développement, davantage que son principe, qui a été remis en cause.
L'association Ensemble2générations vient ainsi de fêter son dixième anniversaire. Il s'agit d'un acteur parmi d'autres, mais elle a reçu le Premier Prix européen de l'entrepreneuriat social, au titre de l'Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité intergénérationnelle, en 2012. L'association, à l'origine "d'initiative chrétienne" mais ouverte à tous, est implantée principalement en Ile-de-France. Mais elle est également présente dans une vingtaine de villes de province, dont Lyon, Bordeaux, Nantes, Rennes, Nancy, Nice, Aix-en-Provence, Amiens...

Du logement intergénérationnel à la résidence intergénérationnelle

En dix ans, Ensemble2générations a rapproché environ 6.000 seniors et étudiants. Un chiffre qui n'a rien de négligeable, mais qui reste sans commune mesure avec le flux d'étudiants durant ces dix dernières années.
Le logement intergénérationnel, au sens de cette approche de partage d'un logement, reste donc sans doute voué à demeurer marginal. Les acteurs du secteur en semblent d'ailleurs conscients, puisque la notion de logement intergénérationnel évolue vers celle de résidence intergénérationnelle. Dans ce concept, chacun conserve son logement au sein d'une même résidence, mais on partage un certain nombre d'espaces ou de services (voir notre article ci-contre du 29 janvier 2015). Une formule - elle aussi - séduisante, mais qui doit encore faire ses preuves...
 

 

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Haut de page