Handicap - Le rapport Campion sur l'accessibilité suscite des réactions contrastées

Comme prévu, le rapport de la sénatrice Claire-Lise Campion "Réussir 2015 : accessibilité des personnes handicapées au logement, aux établissements recevant du public, aux transports, à la voirie et aux espaces publics" n'a pas manqué de faire réagir les associations représentant les personnes handicapées. Ce document reconnaît en effet explicitement qu'en matière d'accessibilité, "la France ne sera pas au rendez-vous de 2015" et propose de mettre en oeuvre plusieurs dérogations à l'obligation d'accessibilité universelle (voir notre article ci-contre du 4 mars 2013).
Les réactions sont partagées, mais toutes saluent la qualité du travail mené par la sénatrice de l'Essonne et l'ampleur de la concertation (plus de 130 auditions avec l'ensemble des acteurs concernés). L'APF (Association des paralysés de France) salue ainsi "le travail d'une sénatrice engagée qui a permis la réalisation de ce rapport" et apprécie d'avoir pu défendre ses positions. Le communiqué de l'association, en date du 1er mars, estime même que "ce document comporte quelques mesures répondant aux attentes de l'APF et suggère enfin le développement d'une réelle politique publique qui veut mobiliser les acteurs à tous les échelons : local, départemental, régional et national". Mais le jugement est nettement mois amène sur le fond. L'APF exprime ainsi "son immense déception au sujet de ce report déguisé de l'échéance de 2015 ! Accorder un délai supplémentaire de sept années est inacceptable pour l'APF et irrespectueux pour les 10 millions de personnes en situation de handicap".
Même son de cloche à la Fnath (accidentés de la vie), qui attendait au contraire une accélération de l'effort à l'approche de 2015 et rappelle "ses nombreuses réserves" sur l'éventualité de dérogations au principe d'accessibilité universelle. La Fnath fait toutefois crédit au gouvernement de "faire preuve d'une véritable volonté politique" et "appelle à l'ouverture rapide d'une concertation sur l'ensemble des propositions de ce rapport".
La tonalité est toutefois différente à la Fédération des Apajh (associations de placement et d'aide aux jeunes handicapés). Celle-ci "déplore" certes l'échec de l'échéance de 2015, mais "salue la parution d'un rapport conciliant pragmatisme et ambition" et se félicite "que la question de l'accessibilité soit de nouveau en haut de l'agenda politique". Une autre grande association du secteur - l'Unapei - n'a pas encore fait connaître sa réaction, mais il est vrai qu'elle représente le handicap mental, moins directement concerné par l'accessibilité physique du logement, des ERP, de la voirie ou des espaces publics.

 

Pour aller plus loin

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

* champs obligatoires

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle