Coopération - Les autorités locales seront entendues dans la nouvelle Union pour la Méditerranée

Suite à la conférence des ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne et de leurs homologues du sud de la Méditerranée, en début de semaine à Marseille, le processus de Barcelone est définitivement enterré au profit de l'Union pour la Méditerranée (UPM). Une union élargie à la mer Adriatique puisque la Bosnie-Herzégovine, le Monténégro, l'Albanie et la Croatie seront de la partie. L'UPM sera présidée conjointement par un Européen et un représentant des pays du Sud. Ils seront épaulés par des hauts fonctionnaires, un comité permanent conjoint basé à Bruxelles et un secrétariat. Ce dernier organe rassemblera, dans le cadre des priorités définies pour les projets, les initiatives de projets régionaux, sous-régionaux ou transnationaux émanant de différentes sources : réunions ministérielles sectorielles, autorités nationales ou régionales, groupements régionaux, secteur privé et société civile. Le secrétariat examinera les initiatives de projets et informera le Comité permanent conjoint et les hauts fonctionnaires de leur mise en oeuvre. Les ministres ont également retenu la proposition du Comité des régions (CdR) de mettre en place une assemblée régionale et locale euroméditerranéenne (Arlem). L'Arlem a été définie par le président du CdR, Luc Van den Brande, comme "un organisme permanent de dialogue, d'échange et de coopération" qui "assurera la représentation des autorités régionales et locales auprès des instances de l'Union pour la Méditerranée tout en promouvant la démocratie locale, la gouvernance multi-niveaux et la coopération décentralisée". Son objectif est de sensibiliser et d'impliquer les autorités régionales dans le partenariat euro-méditerranéen. Si le sujet n'est pas bouclé, tout porte à croire qu'une telle assemblée verra prochainement le jour. Quant aux travaux d'ores et déjà envisagés pour 2009, ils s'inscrivent dans la continuité de ceux mis en place dans le cadre du processus de Barcelone : de nombreuses réunions ministérielles sont donc prévues sur les thèmes de l'environnement, du développement urbain, des transports, du rôle des femmes dans la société ou encore du développement rural. D'ores et déjà, les ministres de l'Industrie de l'UPM réunis sous la direction du secrétaire d'Etat Luc Chatel ont décidé d'abonder des initiatives déjà en place en faveur du développement des projets de coopération industrielle euroméditerranéens ainsi que de travailler sur d'autres pistes comme la création d'un label "Med Tech" pour aider les projets innovants à obtenir des financements.

 

Caroline Garcia / Welcomeurope

 

Pour aller plus loin

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

* champs obligatoires

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle