Pierre-Marie Langlois / EVS

Les expérimentations de véhicules autonomes sur route ouverte se multiplient

Dans le cadre de ses démonstrateurs "smart city", la Caisse des Dépôts introduit un peu plus le véhicule autonome dans l'espace public. Dernière avancée en date, l'annonce du projet "Rouen Normandy Autonomous Lab" de Transdev, en partenariat avec la métropole de Rouen, la région Normandie et Renault. A partir du printemps 2018, quatre navettes prendront en charge des passagers sur un parcours total de dix kilomètres, sur route ouverte.

11 millions d'euros, dont 36% à la charge de l'Etat et des collectivités : c'est la bagatelle dont s'acquittent les partenaires du projet Rouen Normandy Autonomous Lab pour mettre en place un service de transport à la demande par véhicule autonome sur 17 points d'arrêt autour du technopôle Madrillet (lire ci-dessous notre article du 24 mars 2017). Quatre Renault ZOE électriques et autonomes seront exploitées sur l'itinéraire en routes ouvertes, accompagnées d'agents présents à bord, comme l'exige encore la réglementation. Les véhicules pourront être réservés via une application, à la manière d'un VTC. Transdev est l'exploitant du réseau de transports collectifs de la métropole normande qui, quant à elle, espère se tailler une place parmi les territoires en pointe de la révolution du véhicule autonome.
Quelques jours auparavant, la filiale du groupe Caisse des Dépôts avait également annoncé le lancement, en partenariat avec Icade, d'une navette autonome en parc d'activités à Orly-Rungis permettant de rallier les restaurants d'entreprise. Il s'agira cette fois-ci de véhicules Easymile, une start-up française reconnue, avec laquelle Transdev a déjà travaillé à la mise en place d'une navette au sein du parc Saint-Germain, à Issy-les-Moulineaux, en mars 2017. La vitesse moyenne du véhicule avait alors été annoncée à 7km/h.

Haut de page