Les métropoles au défi des nouveaux modèles économiques urbains

Engagée dès 2016, l’étude sur les Nouveaux Modèles Économiques Urbains visait à analyser l’impact croisé de la crise des finances locales et la révolution numérique urbaine sur le fonctionnement des villes. L’hypothèse centrale était que la définition des services urbains et leur exploitation allaient se retrouver bouleversées par l’irruption de nouveaux entrants issus de l’économie numérique.

La poursuite des travaux ont montré que l’ensemble des secteurs de l’action publique territoriale est concerné par ces transformations.  En particulier, les  métropoles sont en première ligne de ce phénomène. Elles doivent faire face à un foisonnement d’acteurs venant s’implanter sur le territoire pour proposer de nouveaux services aux usagers. Cette évolution bouscule le partage des rôles entre collectivités publiques et opérateurs privés. Elle interroge les modalités d’intervention de l’action publique métropolitaine et sa capacité à maîtriser l’offre de services proposés sur son territoire. Comment gouverner ces écosystèmes urbains en mutation ? Faut-il considérer ce foisonnement comme une menace ou une opportunité ? Quelle est la place de la collectivité dans la gestion de ces services qui dépassent souvent son panel d’intervention historique et légal ? Et comment garantir la contribution de ces nouveaux services à l’intérêt général ?

Cette étude, réalisée avec le soutien de La Banque des Territoires, du PUCA et de l’Ademe, restitue le travail partenarial conduit avec les Métropoles de Nantes, Rennes et Lyon pour outiller les collectivités face à la transformation des services urbains et de leurs acteurs. Elle propose des balises et des leviers pour gouverner les écosystèmes urbains. 

Haut de page