Sports - Les Pays de la Loire imaginent l'organisation sportive territoriale de demain

Dans une région très sportive, bien dotée en équipements et où les activités sportives salariées sont parmi les plus développés de France, le conseil économique, social et environnemental des Pays de la Loire publie un rapport inédit sur les enjeux du sport. Après un portrait de territoire, il avance des préconisations en termes d'organisation sportive du territoire où une absente se fait remarquer : la commune.

"L'enjeu du développement du sport pour tous sur notre territoire est fondamental. Des pratiques de plus en plus consuméristes et individualistes peuvent, à terme, remettre en cause les fonctions initiales du monde sportif." C'est à partir de ce constat que la commission culture, patrimoine, tourisme, sport, vie associative du conseil économique, social et environnemental (Ceser) des Pays de la Loire s'est penchée sur la question du "sport, vecteur de lien social et rôle éducatif". Son rapport, issu de ses travaux des 21 et 22 juin 2012, a été mis en ligne en septembre. Ce document est intéressant à plusieurs titres. Par le portrait de territoire qu'il dresse tout d'abord. Si les chiffres nationaux sur la pratique du sport sont régulièrement publiés et si les territoires ruraux ont été disséqués l'année dernière par le ministère des Sports (lire notre article du 25 novembre 2011 ci-contre), il n'en va pas de même au niveau régional, où le sport demeure un objet difficile à appréhender. Autre intérêt majeur du rapport : il formule des préconisations sur l'aménagement du territoire et la gouvernance du sport en région. Autant de questions qui ont émergé ces dernières années mais pour lesquelles les réponses sont encore en suspens… A ce titre, le rapport du Ceser des Pays de la Loire apparaît comme l'une des contributions les plus abouties sur le sujet.

Une région sportive bien équipée

Côté pratique, avec plus de un million de licenciés au 1er janvier 2011, les Pays de la Loire sont une des régions les plus sportives de France (3e en nombre de licenciés et 2e en taux de pénétration), avec un taux de licenciés de plus de 28% de la population, en progression de 2 à 3% par an ces dernières années.
Côté infrastructures, avec près de 21.000 équipements sportifs, la région est "relativement bien couverte". Des manques sont cependant à noter : piscine olympique, salles de grande capacité ou salles spécialisées (gymnastique, dojos). Si la répartition des salles multisports par bassin de vie est "relativement homogène sur le territoire ", les centres urbains – notamment l’agglomération nantaise – sont sous-dotés, alors que le partage des équipements entre les différents publics peut poser problème, en particulier pour les patinoires et les piscines. En outre, "l’obsolescence de certains équipements, parfois vétustes, est également un constat partagé sur la région". Le rapport note qu'"une réflexion est en cours […] pour la définition de schémas régionaux de cohérence des équipements sportifs" et appelle à "veiller à l’inscription des aménagements sportifs dans les PLU et les Scot afin de les identifier et de prévoir les investissements et les espaces pour les aménagements à venir".

Près de 6% des salariés dans le secteur sportif

Point très intéressant mis largement en avant : "Le sport représente un vivier d’emplois et de compétences, essentiels au développement économique du territoire", note le rapport. En effet, si la part du sport n'atteint que 0,6% au sein de l’effectif national des salariés, elle s'élève à 5,7% en Pays de la Loire (4.220 professionnels, dont près de la moitié dans les collectivités locales), ce qui en fait la quatrième région pour la densité d'activités salariées liées au sport en 2007 (dernière année pour laquelle les chiffres sont connus).
Toutefois, malgré un taux d'emplois important et en croissance, les emplois sportifs sont souvent précaires (plus de un tiers de temps partiels). Pour le Ceser, "la mutualisation des emplois est un des principaux enjeux à venir. […] Elle consiste en une mise à disposition de personnel qualifié et compétent à l’échelle d’un territoire pour plusieurs associations sportives employeurs". L’Etat et le conseil régional pourraient apporter leur soutien au renforcement des groupements d’employeurs pour conforter la filière sportive. Ces deux acteurs publics devant par ailleurs, en collaboration avec le mouvement sportif, "repenser le secteur public des formations sportives afin d’impulser une dynamique globale et coordonnée entre la filière professionnelle et universitaire".

Compétences sportives : où sont les communes ?

Après avoir rappelé que "les Pays de la Loire se sont engagés très tôt dans une stratégie de concertation, avec la mise en place en 2006 de la conférence régionale consultative du sport" et que celle-ci "n’a pas tardé à révéler la nécessité de repenser l’organisation du mouvement sportif en région", le Ceser énonce de nombreuses préconisations.
La première concerne la gouvernance du sport en région, sujet qui est dans tous les esprits depuis que les dernières lois de décentralisation ont invité les collectivités à désigner des chefs de file par type d'intervention. En la matière, la vision du Ceser des Pays de la Loire est claire : à la région l’aménagement cohérent du territoire, le soutien et la promotion du haut niveau et la coordination des politiques sportives à l’échelle régionale ; au département l’intervention en matière d’éducation par le sport, d’insertion et de handicap ; et à l’intercommunalité la mise en place de la concertation autour des projets sportifs de proximité, notamment pour les équipements structurants du territoire. On notera l'absence des communes de cette répartition des compétences…
En termes d'aménagement du territoire, le Ceser des Pays de la Loire préconise notamment de privilégier l’intervention régionale sur des équipements structurants, de favoriser l’intervention des départements pour les équipements spécialisés et d'accorder à l’échelon intercommunal la compétence en matière d’équipements sportifs. De plus, il entend "favoriser la mutualisation des équipements et l’interactivité par la constitution de multiplexes de proximité à l’échelle intercommunale". La commune est, là encore, absente des radars. Nul doute que si ce rapport suscitera de l'intérêt, il soulèvera également des questions, sinon une polémique du côté des communes, dont on connaît l'attachement quasi viscéral au sport.

 

Pour aller plus loin

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

* champs obligatoires

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle