Mal-logement - Les tentes reviennent sur le canal Saint-Martin

Le Collectif des associations unies qui rassemble 34 associations luttant contre le mal-logement a installé, lundi 9 juin, durant plusieurs heures, 33 tentes au bord du canal Saint-Martin à Paris. Le collectif demande notamment un "moratoire des expulsions locatives" et le doublement du nombre de réalisation de logements "très sociaux".
Montées en fin d'après-midi, les tentes dans lesquelles des militants envisageaient de passer la nuit ont été repliées dans la soirée après avoir obtenu l'assurance d'un rendez-vous le lendemain matin au cabinet de la ministre du Logement Sylvia Pinel. "On suspend le mouvement, on ne l'arrête pas, a affirmé Florent Guéguen, directeur général de la Fnars. Si aucune annonce concrète n'est faite lors de ce rendez-vous, on s'installera plus nombreux, probablement ailleurs." Et dans un "mouvement long", a-t-il menacé.
A deux jours de la présentation en Conseil des ministres d'un projet de loi de finances rectificative qui prévoit notamment le gel des allocations logement pendant un an, "c'est une logique d'interpellation et de solidarité avec les mal-logés", a déclaré Christophe Robert, directeur général adjoint de la fondation Abbé-Pierre. "Nous avons le sentiment que les responsable politiques ne voient pas la même France que nous", a-t-il ajouté.
Pendant l'hiver 2006-2007, l'association Les Enfants de Don Quichotte avait installé quelque 200 tentes sur les berges du canal parisien pour héberger des SDF et interpeller citoyens et politiques.

 

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

* champs obligatoires

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle