Transports - L'Etat annonce un plan de 100 millions d'euros pour des chantiers de rénovations de routes et de voies navigables

"Je vous annonce la mise en place d'un plan gouvernemental pour l'investissement dans les réseaux existants. Doté de 100 millions d'euros, ce plan permettra de réaliser 150 chantiers de remise en état des routes nationales et voies navigables partout en France", a déclaré le secrétaire d'Etat aux Transports Alain Vidalies lors d'une séance de questions sur la politique des transports le 6 mai au soir, à l'Assemblée nationale. Il a précisé qu'il s'agirait de "chantiers (...) prêts à être lancés, qui impliqueront des PME locales et maintiendront l'emploi", et que les 100 millions d'euros "doivent être engagés immédiatement, à bons de commande dans les trois mois", parlant d'"initiative de relance".
Par ailleurs, le gouvernement dira fin juin, après le travail de concertation avec les transporteurs routiers, quel dispositif il compte instaurer à partir de 2016 pour remplacer les recettes de l'écotaxe. Deux solutions sont étudiées : une vignette, et une pérennisation du dispositif mis en place pour 2015 - l'extension aux poids lourds de la hausse de quatre centimes par litre de la taxe sur le gazole. "Certains pensent qu'avec une vignette, on fait plus payer les camions étrangers qu'avec la taxe gazole. J'ai fait faire des études (...), on va poursuivre les discussions", a indiqué Alain Vidalies.
Les recettes de l'écotaxe devaient notamment être affectées à l'Agence de financement des infrastructures de transport en France (Afitf). "Nous sommes dans l'attente d'une recette de l'ordre de 50 millions d'euros", liée aux futurs usages des portiques, a précisé Alain Vidalies, en justifiant l'appel d'offres lancé pour démonter ces équipements – un marché à bons de commande de 1,6 à 7 millions d'euros en fonction du nombre de portiques démontés. Il a indiqué qu'il s'agissait "de préserver des actifs, dont la valeur globale est très supérieure au montant du marché pour les préserver", et précisé qu'ils "contiennent des équipements qui pourront être réutilisés ou revendus : balises, radars, caméras avec lecture de plaques, viseurs lasers". Ainsi, a-t-il détaillé, "les nouveaux usages sont en cours de définition, et pourraient concerner le repérage des véhicules, le comptage de la circulation et l'identification des véhicules, notamment pour (...) l'amélioration de la qualité de l'air ou encore pour la comptabilisation du trafic de transit, la surveillance du trafic et la protection contre la délinquance (...) ou encore des services aux usagers de la route".
 

 

Pour aller plus loin

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

* champs obligatoires

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle