Santé - L'Etat mobilise trente départements contre la dengue et le chikungunya

A l'approche de l'été, la direction générale de la santé du ministère diffuse à 30 départements (*) une instruction "relative à la prévention et à la préparation de la réponse au risque de dissémination d'arboviroses pendant la période d'activité du moustique vecteur Aedes albopictus du 1er mai au 30 novembre 2016 dans les départements classés au niveau albopictus 1 du plan anti-dissémination du chikungunya et de la dengue en métropole".

Des arrêtés préfectoraux avant le 1er mai pour organiser la lutte

La diffusion de l'instruction prévoit expressément que "les partenaires locaux (notamment les collectivités locales), par l'intermédiaire des préfets, doivent être destinataires de cette instruction".
Elles sont en effet directement concernées par une bonne partie des mesures prévues. Ainsi, les arrêtés préfectoraux, à prendre avant le 1er mai 2016, pour tous les départements classés, devront "prévoir les modalités de surveillance et de lutte contre les moustiques vecteurs relevant de la responsabilité des conseils départementaux".
Ils devront notamment mentionner l'identification du service du conseil départemental chargé des opérations de surveillance et de lutte contre les moustiques vecteurs (LAV). Il peut s'agir d'un service du conseil départemental (compétence exercée en régie) ou d'un opérateur public créé pour ce faire, y compris interdépartemental, les départements ayant intérêt à mutualiser ces compétences.

Attention renforcée autour de grands rassemblements comme l'Euro

Par ailleurs, la circulaire attire l'attention des préfets sur la nécessité de prévoir spécialement que les conseils départementaux assurent la surveillance et des interventions de démoustication, lorsqu'elles sont nécessaires, à l'occasion de rassemblements festifs, manifestations ou événements sportifs, tels l'Euro 2016, ce qui concerne certains départements de la liste ci-dessous*.
Enfin, au début de la campagne, les départements classés au niveau albopictus 1 du plan anti-dissémination du chikungunya, de la dengue et de Zika en métropole - et leurs opérateurs publics de démoustication - doivent réaliser une évaluation des moyens dédiés à la lutte anti-vectorielle, "afin d'identifier et caractériser au mieux leurs capacités d'intervention face à l'augmentation prévisible des interventions autour des cas".

Jean-Noël Escudié / PCA
 

(*) Ain, Alpes-de-Haute-Provence, Alpes-Maritimes, Ardèche, Aude, Bouches-du-Rhône, Corse-du-Sud, Dordogne, Drôme, Gard, Gironde, Haute-Corse, Haute-Garonne, Hérault, Isère, Landes, Lot, Lot-et-Garonne, Pyrénées-Atlantiques, Pyrénées-Orientales, Bas-Rhin, Rhône, Saône-et-Loire, Savoie, Tarn, Tarn-et-Garonne, Var, Vaucluse, Vendée et Val-de-Marne.

Références : instruction DGS/RI1/2016/103 du 1er avril 2016 relative à la prévention et à la préparation de la réponse au risque de dissémination d'arboviroses pendant la période d'activité du moustique vecteur Aedes albopictus du 1er mai au 30 novembre 2016 dans les départements classés au niveau albopictus 1 du plan anti-dissémination du chikungunya et de la dengue en métropole.

 

 

Pour aller plus loin

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle