L’utilité du compte personnel de formation explorée dans un rapport

Dans une enquête sur les usages du compte personnel de formation, les services statistiques et des études du ministère du Travail confirment que leur usage est avant tout motivé par des raisons professionnelles.

Le compte personnel de formation a-t-il toujours un intérêt ? Alors que ce mode d'accès à la montée en compétences, victime de son succès, coûte cher à France compétences, l'idée de l'orienter davantage ”vers les besoins du marché du travail” s'impose, avait déclaré fin janvier la ministre déléguée de la formation et de l'enseignement professionnels, Carole Grandjean (lire notre article du 27/01). Cette idée d'un usage parfois personnel du CPF est aussi partagée par les quelques partenaires sociaux ouverts à l'idée d’une plus forte régulation. La piste d'un reste à charge pour les utilisateurs, posée par l'exécutif et censée éviter les achats impulsifs, pouvant être l’un des moyens d’y parvenir.

Publiée le 17 février, une enquête de la Dares (Direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques) et de France compétences vient objectiver cette question. Elle a été menée à l’été 2022 auprès des utilisateurs du CPF ayant achevé leur formation en 2021.

Le CPF pour se reconvertir

Les actifs en recherche d’emploi recourent à leur CPF pour se reconvertir dans 47% des cas, tandis que 43% souhaitent obtenir une certification pour faire connaître leur savoir-faire."17% des formations CPF sont suivies par des personnes ne déclarant ni objectif professionnel ni finalité professionnelle", indiquent aussi les services du ministère du Travail. Les formations en langue étrangère et en bureautique y sont surreprésentées. Seuls 11% des sortants de telles formations sont en recherche d’emploi : cette population est sous-représentée dans cette catégorie, à l’inverse des seniors qui s’inscrivent plus souvent dans une utilisation personnelle de leur compte.

Autre enseignement, "une personne sur cinq aurait été prête à payer l’ensemble des frais pédagogiques de sa formation si elle n’avait pas pu utiliser son CPF". A noter que ces déclarations portent souvent sur les “plus courtes, moins chères, avec un prix horaire inférieur”. Et émanent plus fréquemment des jeunes, des personnes en recherche d’emploi, des indépendants, des titulaires d’un CDD ou en intérim, ce qui signale la nécessité, pour ces profils, de maintenir leur employabilité. "À l’inverse, les utilisateurs qui ont mobilisé leur CPF à l’initiative de leur employeur ou d’un démarchage commercial se déclarent rarement prêts à le faire. De même pour les utilisateurs qui ne mentionnent aucun objectif professionnel pour suivre la formation", souligne la Dares.

35% des personnes en recherche d’emploi retrouvent un poste dans les neuf mois

Que deviennent les personnes en recherche d’emploi après avoir utilisé leur CPF ? 35% sont salariées dans les neuf mois qui suivent, et 26% recherchent toujours du travail mais ont connu des périodes d’emploi. 49% de ceux qui ont acheté une formation relative au permis de conduire sont devenus salariés 8 à 9 mois après. C’est aussi le cas pour 39% de ceux qui sont suivi des formations “obligatoires” (nécessaires en raison de la réglementation exigée pour occuper certains postes) et de 37% des stagiaires d’une formation inscrite au répertoire national des certifications professionnelles.

  • Faible utilité des formations suivies suite à un démarchage

6% des personnes ayant suivi une formation attribuent l’initiative de leur inscription à un démarchage par téléphone, SMS et courriel. Alors que le législateur a récemment interdit ce type de pratiques, l’étude confirme la pertinence d’une telle limitation. En effet, seules 7% des personnes ayant utilisé leur CPF à la suite de ce type de campagne de communication affirment que cela leur a permis de mener à bien un projet qu’elles avaient. 66% des formations suivies dans ce contexte ne s’inscrivaient pas dans un projet professionnel, même mal défini.

 

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

* champs obligatoires

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle