Somme

Maison de l'emploi du Grand Amiénois : ne pas oublier les salariés !

Développement économique

Tourisme, culture, loisirs

La maison de l'emploi et de la formation du Grand Amiénois (Somme), qui couvre un vaste territoire à savoir l'agglomération d'Amiens et dix communautés de communes, a pris soin d'organiser des espaces et des temps d'information en direction des salariés. Visiblement, la demande était manifeste.

Depuis décembre 2008, la maison de l'emploi et de la formation du Grand Amiénois organise, une fois par semaine, “les jeudis des salariés”. Un temps d'accueil spécifique, en fin de journée (17h30 à 19h), que justifie Christophe Ramis, directeur de la maison de l'emploi : “Nous avions constaté un flux important de salariés au sein de la structure. Or, c'est un public qui a besoin d'être informé différemment des publics demandeurs d'emploi car leurs problématiques sont différentes et ils nécessitent une écoute particulière dans un cadre de grande confidentialité.” La maison de l'emploi a dans un premier temps fait l'essai de rester ouverte entre midi et deux, pensant être ainsi plus facilement accessible aux salariés (d'autant que son siège est situé au centre-ville d'Amiens, dont l'agglomération concentre une bonne partie des employeurs). Mais l'essai tourne court faute de fréquentation. “Nous avons donc essayé d'organiser un accueil plus spécifique”, poursuit le directeur. “Les jeudis des salariés” ont démarré à raison d'une fois tous les quinze jours. Une période de rodage de deux mois confirme cette fois leur impact, avec une réelle affluence. Les jeudis prennent donc place sur la durée, passant à un rythme hebdomadaire depuis le mois de mai 2009. En six mois, plus de 200 salariés ont été accueillis. “Leurs motivations sont liées à des envies de bouger, d'évoluer, de se former, et nous sentons ces derniers mois l'effet de la crise qui pousse certains à anticiper des lendemains plus délicats”, explique Christophe Ramis.
Conçus comme un temps d'écoute et de renseignements, les jeudis des salariés permettent donc à ces derniers d'obtenir des renseignements sur le bilan de compétence, le droit à la formation, la réorientation professionnelle, trois demandes récurrentes. Ils sont accueillis par des conseillers de la maison de l'emploi qui se rendent disponibles selon les demandes. “Certains soirs sont plus chargés et il n'est alors pas rare qu'un rendez-vous ultérieur soit pris pour prendre le temps de cerner la problématique”, reprend Christophe Ramis.

Les salariés viennent aux "jeudis" car ils ne trouvent pas de réponse à leur question dans l’entreprise

L'équipe s'est réorganisée pour assurer cet accueil, au départ confié à des conseillers ayant l'expérience de l'entreprise. “Mais progressivement nous formons chaque conseiller pour qu'il soit polyvalent sur toutes les questions de formation, validation, etc.”, précise le directeur.
Si le bouche à oreille a fait connaître "les jeudis des salariés", la maison de l'emploi a surtout misé sur une communication large et relancée chaque mois, en utilisant les supports et magazines communaux, du conseil général ou de la région, en diffusant des flashs de pub sur les radios locales (“cela fonctionne très bien”, insiste Christophe Ramis), dans la presse gratuite et ne lésinant pas sur l'affichage (bourse du travail, syndicats, médecine du travail, communautés de communes, direction départementale du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle).
Les salariés qui se rendent à ces jeudis y viennent car ils ne trouvent pas réponse à leur question dans l'entreprise, ou n'osent pas la demander. “On constate au travers de leurs questions que beaucoup d'informations parviennent avec difficulté à une majorité de salariés, toutes catégories confondues”, note Christophe Ramis, qui repousse tout risque de confusion avec le rôle d’un syndicat de salariés. “Nous rendons un service public et nous exerçons la mission qui nous a été confiée, d'informer. Nous ne sommes pas dans une logique de soutien du salarié ou de prise de position. Nous restons des techniciens, qui informent, expliquent voire orientent… La personne ensuite réfléchit et décide.”
Pour élargir cette action, la maison de l'emploi envisage d'ouvrir une fois par mois le samedi matin, et développer cet accueil itinérant dans les communes plus éloignées et la trentaine de zones d'activité du territoire.

Emmanuelle Stroesser / agence Traverse, pour la rubrique Expériences du site Mairie-conseils
 

Contact(s)

Maison de l'emploi du Grand amiénois

10 rue Gresset
80004 Amiens
03 22 50 04 50

Christophe Ramis

directeur de la Maison de l'emploi du Grand amiénois
c.ramis@mef-amiens.fr
Haut de page