Localtis
M.T. / Localtis

Mobilisation pour l'emploi : les plans d'actions régionaux fixeront des échéances pour les dix-huit prochains mois

Emploi

Organisation territoriale, élus et institutions

Développement économique

Chaque région disposera "d’ici la fin septembre" de son plan d’actions destiné à mettre en musique la "mobilisation la mobilisation pour l’emploi et les transitions écologiques et numérique dans les territoires", a confirmé Matignon, vendredi 12 juillet (voir aussi ci-dessous notre article du 11 juillet). Ces plans d’actions préparés par les préfets en lien avec les présidents de régions et "l’ensemble des acteurs impliqués" fixeront "des échéances précises pour les dix-huit prochains mois", précise Matignon, à l’issue d’un point d’étape sur cette nouvelle méthode de travail inaugurée par le Premier ministre, Édouard Philippe, le 6 mai. Il s’agit de "trouver des solutions collectives, au plus près du terrain, aux angles morts des politiques publiques qui bloquent des projets individuels ou collectifs (garde d’enfants, trajet de l’apprenti vers son lieu de stage, territoires en mutation industrielle ou écologique, etc.)", rappelle Matignon, dans son communiqué.
Ce point d’étape auquel ont participé des associations d’élus, les partenaires sociaux et des représentants du monde associatif a permis de "confirmer l’intérêt de la démarche territorialisée et du partage d’expériences".
Une circulaire sera adressée aux préfets "fin juillet" pour "mettre l'accent sur les sujets partagés lors de cette réunion et les retours d'expérience possibles au niveau national". Une précédente circulaire du 16 mai leur demandait de réaliser "avec les forces vives de leurs territoires" un diagnostic et de faire des propositions.
En parallèle à ces plans d’actions qui reposeront sur les six thématiques de départ de la mobilisation pour l’emploi (apprentissage, offres non pourvues, freins à la reprise d’emploi, transformations territoriales, écologie du quotidien, rénovation thermique), deux groupes de travail seront lancés au niveau national : l’un "sur la mise en relation de l’offre et de la demande pour l’apprentissage", l’autre sur "l’adaptation des modes de garde d’enfants aux besoins de ceux qui cherchent et reprennent un emploi".

Haut de page