Loire-Atlantique

Nantes étoffe son offre de réinsertion par le logement

Santé, médico-social, vieillissement

Social

Aménagement et foncier

Logement

Environnement

Depuis 2009, la ville de Nantes a regroupé dans un même immeuble deux structures d’insertion par le logement, sans lien entre elles de prime abord : une maison-relais et des logements solidaires. La première est ouverte à des personnes en situation d’isolement ou d’exclusion lourde. Les seconds sont destinés à des personnes ayant une activité salariée régulière, mais qui n’ont pu trouver de logement social. Dans les deux cas, un accompagnement est mis en place.

C’est le redéploiement d’un foyer-logement du quartier d’habitat social du Clos-Toreau géré par Nantes Habitat, qui a permis à la ville de Nantes (300 000 habitants) de compléter son dispositif de soutien aux publics précaires. Pascale Scilbo, maire adjointe en charge de la lutte contre la pauvreté, insiste sur la diversité des situations rencontrées par ces publics, et donc l’indispensable variété des réponses qui doivent être proposées : "Une personne qui est à la rue depuis longtemps n’a pas les mêmes problèmes qu’un jeune qui quitte pour la première fois le domicile parental. Il importe d’imaginer des solutions adaptées aux uns et aux autres, et donc différentes."

Hébergement sans limitation de durée : pour reprendre confiance en soi

Gérée par l’Association Insertion Solidarité Logement, la maison-relais du Clos-Toreau propose 16 logements, sans limitation de durée, à des personnes de plus de 45 ans en très grande précarité. C’est la quatrième maison mise en place sur le territoire nantais, ce qui porte à 65 le nombre de places disponibles dans ce type de structures. Dans cette nouvelle maison-relais, deux salariés - appelés les "hôtes" - veillent au bien-être des résidents. Ils exercent une vigilance au quotidien sur l’état de santé de ces derniers ainsi que sur l’entretien des logements et le respect des règles de la vie collective. Ils ont également en charge l’organisation d’activités et de sorties, afin que les personnes hébergées reprennent confiance en elles, se stabilisent et retrouvent leur dignité. En plus de ce soutien quotidien, une infirmière est présente trois demi-journées par semaine. L’Etat verse 16 euros par jour et par locataire, soit 93.000 euros par an. Les occupants, qui en général perçoivent l’allocation logement, payent un loyer. Ce qui porte le budget global à 160.000 euros par an, dont un budget de 63.000 euros dévolu à l’accompagnement et aux soins des personnes hébergées.


Hébergement temporaire : passerelle vers un logement pérenne

Les logements solidaires, eux, sont mis à disposition de personnes actives, engagées dans une démarche d’insertion professionnelle, ou bien d’étudiants ayant de faibles ressources. Vingt-neuf studios, gérés par le CCAS de Nantes, sont proposés pour une durée de six mois, renouvelable deux fois. Sophie Guillon-Verne, responsable de la mission Insertion logement et urgence sociale de la ville de Nantes, insiste sur cette notion "temporaire" de l’hébergement : "Plus les personnes s’installent dans leur logement, et plus il leur est difficile d’accéder ensuite à un logement autonome. L’objectif est clair dès le départ et nous mettons tout en œuvre pour qu’elles trouvent un logement pérenne." C’est la mission de la "médiatrice locative", qui doit à la fois accompagner les résidents dans leurs démarches individuelles de recherche de logement, et veiller à la cohésion du groupe.
Le budget global de fonctionnement, qui comprend le salaire de la médiatrice (36.000 euros) et du gardien de nuit (mutualisé avec la maison relais), est de 113.000 euros par an. Il provient des loyers payés par les résidents. La ville complète, si besoin est, par exemple si des logements restent vacants.

L’action de la ville consiste à soutenir des projets qui croisent ses propres politiques publiques. Bien que n’ayant pas la compétence hébergement, qui dépend de la direction départementale de la cohésion sociale, elle est parvenue à en faire un moteur pour l’insertion des nantais en précarité.

Luc Blanchard, pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info
 

Contact(s)

Commune de Nantes

Mairie Centrale, 29, rue de Strasbourg
44000 Nantes
02 40 41 90 00
Nombre d'habitants : 292718

Pascale Scilbo

maire adjointe en charge de la lutte contre la pauvreté
pascale.scilbo@mairie-nantes.fr

Mission Insertion logement et urgence sociale

Même adresse que la Mairie
44036 Nantes cedex 01
02 40 99 27 51

Sophie Guillon-Verne

Responsable mission Insertion
Sophie.guillon-verne@mairie-nantes.fr
Haut de page