Environnement / Transports - Notre-Dame-des-Landes : selon la DGAC, le maintien de l'actuel aéroport de Nantes nuirait à la ville

Un maintien de l'actuel aéroport de Nantes Atlantique sans transfert à Notre-Dame-des-Landes nuirait à la ville tant du fait de l'augmentation des nuisances sonores que de son impact sur son urbanisme, selon une étude de la Direction générale de l'aviation civile
(DGAC) rendue publique le 28 octobre à Nantes. Présentée par le directeur du transport aérien à la DGAC, Paul Schwach, cette étude avait été demandée en avril par la commission du dialogue pour apaiser le débat avec les opposants au projet de Notre-Dame-des-Landes après les vifs affrontements de l'automne 2012.
Selon Paul Schwach, "l'aérodrome existant impacterait beaucoup plus de monde qu'un nouvel aéroport". "Le trafic passager à Nantes a augmenté de 5,2% par an entre 1986 et 2012, passant de 950.000 à 3,55 millions de passagers, "soit deux à trois fois plus vite que dans le reste de la France", a-t-il ajouté. Selon les projections d'impact du bruit causé par les avions réalisées par la DGAC, si l'actuel aéroport, situé au sud de l'agglomération nantaise, était maintenu, en 2030, avec une hypothèse de 6 millions de passagers (contre 3,6 millions en 2012), de 69.500 à 90.700 personnes seraient touchées, selon les hypothèses de trajectoires retenues, contre 51.900 actuellement. La DGAC compare ce chiffre aux 3.350 personnes touchées en cas de transfert de l'aéroport à Notre-Dame-des-Landes.
Selon l'intensité du bruit causé par les avions, leur impact sonore croissant délimite plusieurs zones et, dans celles où le bruit est le plus fort, des restrictions d'urbanisation sont imposées par la loi. Les projections présentées par la DGAC le 28 octobre montrent de telles zones, débordant de manière importante sur le centre de l'agglomération et notamment sur d'anciennes zones industrielles, comme l'île sur laquelle se trouvaient les anciens chantiers navals, où il est notamment prévu de construire le futur CHU de la ville.
En cas de maintien de Nantes Atlantique, souligne l'étude de la DGAC, "la zone soumise à de très fortes contraintes d'urbanisme, notamment l'interdiction de construire de nouveaux logements, s'étend significativement". "De nombreux terrains situés en milieu urbain, proches des équipements et bien desservis, seraient gelés, en totale contradiction avec les politiques de densification des villes et de lutte contre l'étalement urbain", ajoute l'étude. Pour la DGAC, "cette étude confirme les avantages du transfert de l'activité aéroportuaire sur le nouveau site de Notre-Dame-des-Landes".
A l'inverse, le 26 septembre, le Collectif d'élus doutant de la pertinence de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Cédpa) avait présenté une contre-étude, qui montrait un impact du bruit sur le centre-ville de Nantes nettement inférieur à celui estimé par la DGAC. Interrogés à ce sujet, les experts de la DGAC ont souligné que l'étude des opposants reposait sur des hypothèses différentes. Parmi celles-ci, le taux de remplissage des avions (emport moyen) et donc leur taille et leur bruit, le rythme de modernisation (et donc de bruit) des avions de la flotte, mais aussi la trajectoire des avions au-dessus de la ville. En réaction, les opposants du Cédpa ont dénoncé le 28 octobre, par la voix de la conseillère régionale EELV Geneviève Lebouteux, les "hypothèses biaisées" de la DGAC qui, selon elle, a "orienté ses conclusions, car, dans ce dossier, l'Etat est juge et partie".

 

 

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

* champs obligatoires

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle