Localtis

Olivier de Mazières nouveau "délégué aux coopérations de sécurité"… et plus encore

L’ancien préfet des Bouches-du-Rhône Olivier de Mazières a été nommé par décret présidentiel du 18 février à la fois "délégué ministériel aux industries de sécurité et à la lutte contre les cybermenaces" et "délégué aux coopérations de sécurité". Une double casquette qui préfigure un rapprochement entre ces deux institutions créées respectivement en 2017 et 2014, avec en ligne de mire l’organisation des Jeux olympiques de 2024. "Ce qui est important, c’est que l’ensemble des directions du ministère soient coordonnées sur ces sujets : le partenariat, les investissements technologiques, le lien avec les industries de sécurité, que chacun ne travaille pas de manière isolée. Et que la porte d’entrée soit la même pour nos interlocuteurs externes, ce qui va dans le sens des coopérations de sécurité", a ainsi commenté le secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Intérieur Laurent Nunez interrogé par AEF info.

Les deux postes étaient vacants depuis de nombreux mois, avec le départ de Thierry Delville il y a un an et demi pour le cabinet d’audit PwC et celui de l’ancien DCS Philip Alloncle parti en novembre dernier au ministère de l’Éducation nationale. Mais ce rapprochement n’est pas vu d’un bon œil par les syndicats de polices municipales qui craignent que la place de la police municipale soit mise au second plan au moment où s’achève l’élaboration du "livre blanc sur la sécurité" qui doit être remis au président de la République. Pour la FA-FPT "cette double casquette semble très déséquilibrée au regard de l’enjeu que représente les JO 2024 en matière de sécurité". Le syndicat craint que l’organisation de cet événement accapare toute l’attention du nouveau délégué. Cette "nomination en demi-teinte" est le "signe d’un éventuel désintérêt du gouvernement et du ministre de l’Intérieur pour les polices municipales", estime-t-il, dans un communiqué du 21 février. "Avec la montée de la délinquance à Paris et en province, la future création d‘une police municipale parisienne, il est aujourd’hui devenu urgent : de mieux articuler les forces de police, de mieux reconnaître ou de reconnaître enfin l’engagement quotidien des policiers municipaux", fait valoir de son côté la fédération Interco-CFDT, dans un communiqué du 24 février.

A l’inverse, la FFSP (Fédération française de la sécurité privée) salue une "excellente nouvelle" qui permettra de "construire, avec le soutien de l’État, une filière économique tricolore plus forte, capable de servir les besoins de développement de la sécurité privée".

 

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Haut de page