Plan de relance : de nouvelles aides aux véhicules électriques ou roulant à l'hydrogène

Lors du Comité ministériel du développement et de l’innovation des transports (CMDIT) qui s'est tenu ce 15 décembre, Jean-Baptiste Djebbari a annoncé la mise en place d’aides pour le déploiement de bornes de recharge rapide sur le réseau routier national et de hubs de recharge rapide dans les centres urbains. Un bonus pour l'achat d'un véhicule industriel (camion, autobus, autocar) fonctionnant à l'électricité ou à l'hydrogène va en outre être mis en place.

À l'occasion du Comité ministériel du développement et de l’innovation des transports (CMDIT) organisé ce 15 décembre, Jean-Baptiste Djebbari a annoncé que, dans le cadre du plan de relance, une enveloppe spécifique de 100 millions d'euros sera allouée en 2021-2022 à l’installation de stations de recharge rapide sur les aires de service du réseau autoroutier et des routes nationales. Ces stations devront comporter au minimum 4 points de recharge rapide et donner la priorité aux installations de 150 kW, qui permettent une recharge en moins de 20 minutes. Ces stations pourront être financées "jusqu’à 40% des coûts d’installation, conformément à la réglementation européenne", a précisé le ministre délégué chargé des transports.

Hubs de recharge rapides dans les centres urbains et près des gares 

Ce déploiement est une priorité face à la croissance inédite des immatriculations de véhicules électriques. Celles-ci se sont élevées à  87.100 sur les 11 premiers mois de l'année contre 37.500 en 2019. Le parc français pourrait comporter plus d'1 million de véhicules électriques et hybrides rechargeables en 2022, souligne le ministère, et la France vise 100.000 points de recharge ouverts au public d'ici à fin 2021.
Dans le cadre du programme Advenir de certificats d’économie d’énergie, Jean-Baptiste Djebbari a par ailleurs annoncé la mise en place d’aides comprises entre 100.000 et 240.000 euros par station pour développer des hubs de recharge rapide dans les centres urbains et à proximité des gares et aéroports, incluant également plusieurs points de charge de puissance minimum de 150 kW.

Bonus pour les véhicules lourds "zéro émission"

Le ministère de la Transition écologique et Bercy ont par ailleurs annoncé ce 15 décembre la mise en place d'un bonus pour l'achat ou la location de longue durée d'un véhicule industriel (camion, autobus, autocar) fonctionnant à l'électricité ou à l'hydrogène, pour "encourager le développement des véhicules lourds zéro émission". Cent millions d'euros seront là encore débloqués, via le plan France Relance, sur 2 ans maximum.
Le bonus sera de 50.000 euros pour les camions et de 30.000 euros pour les autobus et autocars. Cette aide est cumulable avec le dispositif du suramortissement pour les véhicules lourds utilisant des énergies propres, qui a été récemment prolongé jusqu'à fin 2024 par le projet de loi de finances. Pour un camion électrique, le cumul des deux aides peut aller jusqu'à 100.000 euros. Un décret mettant en application cette mesure sera publié prochainement et un premier bilan de ce dispositif de soutien sera réalisé dans les 6 mois.
"La crise sanitaire a souligné l'importance du transport routier de marchandises tant sur le plan économique que de la réponse aux besoins de la population, justifient les deux ministères. Le transport collectif de voyageurs contribue par ailleurs intrinsèquement à la réduction du trafic des véhicules particuliers et des émissions liées aux déplacements. La transition énergétique du secteur doit être soutenue et accélérée."

 

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle