Localtis, un média Banque des territoires

Culture - Plus que trois villes en lice pour le Centre de réserves du patrimoine

Christine Albanel a annoncé la sélection finale des sites encore en compétition pour l'accueil du futur "Centre de réserves, de recherche, de restauration et d'études du patrimoine". Il s'agit des sites de Nanterre (Hauts-de-Seine), Neuilly-sur-Marne (Seine-Saint-Denis) et Cergy-Pontoise (Val-d'Oise). La ministre de la Culture a suivi, en l'occurrence, la recommandation du comité de pilotage, qui regroupe les musées parisiens concernés, ainsi que le Centre de recherche et de restauration des musées de France et le Laboratoire de recherche des monuments historiques, deux structures qui ont vocation à rejoindre le futur centre. Pour sélectionner les trois finalistes, le comité de pilotage a procédé à plusieurs visites sur place et à un examen des sites proposés. Il s'est basé sur différents critères comme l'accessibilité, la disponibilité du foncier et la mobilisation des acteurs locaux.
Cette décision conduit à éliminer les candidatures de Bagneux, Bondy, La Défense et Marne-la-Vallée Val d'Europe. Lors de l'appel à candidatures du ministère de la Culture, en septembre dernier, une quinzaine de villes s'étaient portées candidates, avant une première étape qui avait ramené la liste à sept. Cet afflux de candidatures s'explique par l'importance du projet. Le futur centre - dont la superficie devrait être de 86.000 à 150.000 m2 - constituera en effet un équipement de grande ampleur destiné à accueillir les réserves de plusieurs grands musées parisiens exposées à la menace d'une crue centennale (le Louvre, les Arts décoratifs, les musées d'Orsay et de l'Orangerie, l'Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts, le musée Picasso et celui du Quai Branly). L'investissement prévisionnel est estimé à plus de 200 millions d'euros.
La dernière phase de la procédure de sélection va consister en des discussions approfondies avec les représentants des trois sites présélectionnés, afin d'étudier les conditions techniques, juridiques et financières d'une éventuelle implantation. Alors que le projet initial envisageait une décision définitive au mois de mars, le choix du site ne devrait finalement pas intervenir avant la fin du premier semestre 2009. La programmation détaillée des besoins devrait être achevée à la fin de l'année, avec pour objectif une mise en service du centre en 2013.

 

Jean-Noël Escudié / PCA