« Premier Réinventer rural » à Nozay : de nouvelles manières d'habiter (44)

En avril 2019, la communauté de communes de Nozay a lancé un appel à manifestation d'intérêt autour de l'habitat. « Premier Réinventer rural » a permis de mobiliser 8 équipes d'architectes/aménageurs qui vont réaliser de nouveaux quartiers ou repenser des espaces de centre-bourg. À la clé, des innovations dans l'habitat et la manière de le construire mais aussi, des élus qui ont cheminé ensemble et prouvent que le milieu rural peut être un espace d'innovation.

Une place publique de village sur laquelle ouvrent des colocations intergénérationnelles, de l'habitat participatif dans un nouveau quartier résidentiel, un ancien garage transformé en halle avec ateliers-logements d'artisans : ces projets innovants verront bientôt le jour sur la communauté de communes de Nozay (16.000 habitants en Loire-Atlantique), à mi-chemin entre Nantes et Rennes. Là où ne poussaient que des lotissements « sans grande variété », la collectivité a réussi à insuffler de nouvelles manières de concevoir et construire grâce à « Premier Réinventer Rural », un Appel à manifestation d'intérêt (AMI), outil surtout mobilisé par les métropoles.

De « L'atelier des territoires » à « Premier Réinventer rural »

« Sans projet de territoire, il n'y aurait pas eu Réinventer rural », souligne Marie-Chantal Gautier, vice-présidente à l'aménagement du territoire. Lauréate de l'appel à projet du Commissariat général à l'égalité des territoires (CGET) « Mieux vivre en périurbain », la communauté de communes voit arriver en 2017-2018 une équipe d'urbanistes, sociologues et géographes chargés d'animer « L'atelier des territoires » pour définir un projet local. « Malgré une croissance démographique forte, notre communauté de communes n'intéressait alors pas les aménageurs, ni les bailleurs sociaux », souligne la vice-présidente. « Avec ces équipes extérieures, les élus prennent conscience de la valeur de leur territoire et de la possibilité de ne plus subir mais de construire autrement. C'était l'époque des appels à projets urbains innovants - Réinventer Paris, Imagine Angers - et les équipes qui nous accompagnaient nous ont suggéré l'Appel à Manifestation d'Intérêt pour aller plus loin », indique Magali Monnier, responsable de l'aménagement de l'espace à la communauté de communes.

« Premier Réinventer rural » : un site par commune

En septembre 2018, Nozay recrute un assistant à maîtrise d'ouvrage pour formaliser le contenu de l'AMI « Premier Réinventer rural ». « Les degrés d'exigence étaient variés, certaines communes avaient déjà des connaissances en matériaux biosourcés, d'autres n’avaient aucune approche en développement durable, souligne la technicienne. Nous avons mis chacun à niveau en proposant des visites de sites en lien avec l'association Bruded, à Langouet notamment. » Chaque commune a ensuite proposé un site de projet, soit en extension de bourg, soit en réaménagement de cœur de bourg. Le foncier devait être constructible, propriété de la commune et vendu à prix coûtant au futur aménageur. Chaque commune précisait aussi les innovations spécifiques qu'elle attendait, en termes constructifs et en innovation sociale et de méthodologie. « Chacun nous a confié sa pépite, des sites de choix qui pouvaient vraiment intéresser des aménageurs », précise la technicienne.

Travailler avec une équipe dont on partage la philosophie

Grâce au carnet d'adresses des urbanistes accompagnant Nozay et au lancement de « Réinventer rural » lors du forum des projets urbains à Nantes, l'AMI a reçu 26 candidatures sur les 7 sites proposés. Sur chaque site, 2 équipes ont été auditionnées avant le choix du lauréat par délibération communale, puis validation par la communauté de communes. « L'idée était que chaque commune choisisse l'équipe avec laquelle elle se retrouvait en termes de philosophie de travail, même si certains points du projet restaient à préciser », indique la technicienne. Deux sites n'ont pas trouvé l'équipe adéquate à cette première étape : le lancement d'un deuxième appel a permis de les doter en juin 2021.

3 ateliers par site pour formaliser en détail chaque projet

Depuis l'automne 2020, les équipes lauréates travaillent avec les élus sur chaque site. 3 ateliers se succèdent : sur la programmation, sur les partis pris architecturaux et urbains, puis sur le modèle économique et juridique du projet. Ces ateliers de 3 heures se déroulent à la communauté de communes. « Même s'ils sont communaux, travailler ces projets à l'échelle communautaire permet des échanges entre élus, une émulation très porteuse, note l'élue. En tant que communauté de communes, nous sommes aussi là pour garantir que les opérations vont bien sortir, pour relancer la machine quand c'est compliqué ». C'est la principale valeur ajoutée du dispositif : il crée une nouvelle façon de travailler en va-et-vient entre communes et communauté de communes, pour un travail conjoint très porteur.

Innovation et contraintes juridiques cohabitent difficilement

Si l'AMI est porteur d''innovations, elles ne sont pas toujours évidentes à concrétiser : « Quand on rentre dans le dur des projets, on se heurte à des contraintes juridiques fortes. Il faut trouver des solutions atypiques, ce qui prend du temps », souligne la technicienne. C'est le cas notamment sur deux projets : à Nozay où un bailleur social doit à la fois porter des logements et des ateliers d'artistes, à Abbaretz, où le portage d'opération est conjoint, partagé entre un bailleur social et une association. Dans cette recherche, les services de l’État et les techniciens de la Banque des Territoires ont été facilitateurs. « Un des enseignements de l'expérience, c'est que l'on doit être plus exigeant sur l'accompagnement juridique. » Le temps supplémentaire nécessaire pour faire aboutir certains projets a ainsi obligé la communauté de communes à prolonger la mission de l'assistance à maîtrise d’ouvrage.

Ouverture d'esprit et des prolongements locaux intéressants

Mais « Premier Réinventer Rural nous a donné de la hauteur, des idées innovantes que l'on n'aurait pas testées autrement et une ouverture d'esprit sur de nouvelles formes d'habitat », précise l'élue. Parfois, la démarche a permis d'ouvrir de nouvelles pistes de collaborations comme à Treffieux, où la présence d'un centre d'enfouissement de déchets va permettre de créer une « matériauthèque » de récupération où puiser pour le futur projet d'habitat pour personnes âgées. À Puceul, le déplacement de la maison médicale pour réaliser le nouveau bâtiment associatif a permis à la communauté de communes d'entrer en contact avec un promoteur spécialisé sur la santé, qui va mener une étude globale sur les communes en manque de professionnels de santé.

Lancement des premières opérations fin 2021

Les projets les plus avancés et les moins complexes sur le plan juridique vont entrer en phase opérationnelle fin 2021 avec les premiers permis d'aménager et la cession des terrains. « On souhaiterait aussi créer du lien entre toutes les équipes de maîtrise d’œuvre lors d'un temps fort en septembre pour échanger sur des questionnements communs, comme la mobilité résidentielle » conclut la technicienne. À suivre donc...

 

Éléments financiers

« Premier Réinventer rural » a eu un coût global de 176.840 € : 152.840 € pour l'assistance à maîtrise d’ouvrage (une première mission de 105.300 €, prolongée pour 47.540 €) et 24.000 € pour indemniser les équipes finalistes non lauréates. L’État a contribué à hauteur de 50.000 €.

Pour chaque opération communale, la communauté de communes va contribuer à hauteur de 50.000.€ par le biais de fonds de concours pour financer le volet innovation. Le projet issu de « Premier Réinventer Rural » localisé à Nozay va aussi rejoindre le programme « Petite Ville de demain ».

Communauté de communes de Nozay

Nombre d'habitants :

16000

Nombre de communes :

7
9, rue de l'Eglise
44170 Nozay
accueil@cc-nozay.fr

Marie-Chantal Gautier

Vice-présidente, en charge de l'aménagement de l'espace

Magali Monnier

Responsable aménagement de l'espace