Première vague du Fonds friches : 441 projets lauréats

Le gouvernement a dévoilé ce 28 mai les 441 lauréats de l'appel à projets sur le recyclage foncier piloté par les préfets de région, ainsi que les 111 projets de l'appel à projets de l'Ademe ciblant les friches industrielles et minières. Tous bénéficieront de l'appui financier du Fonds friches, doté de 300 millions d'euros dans le cadre du plan de relance.

Prévu par le plan de relance pour freiner l'artificialisation des terres et faire émerger des projets d'aménagement urbain, de revitalisation des cœurs de ville et de périphérie urbaine, ainsi que des projets de requalification à vocation productive, le Fonds friches, doté de 300 millions d'euros, a donné lieu au lancement de deux appels à projets, l’un de 259 millions d'euros piloté par les préfets de région pour les friches urbaines, l'autre de 40 millions sous l'égide de l’Ademe pour les friches industrielles et minières (lire notre article). Les lauréats de ces appels à projets ont été dévoilés ce 28 mai par le ministère de la Transition écologique. 
Au titre du fonds "recyclage foncier" piloté par les préfets de région, ce sont 441 dossiers qui ont été retenus - au moins un dossier par département, que ce soit en métropole ou en outre-mer. Près de 1.200 hectares de friches vont ainsi être traités. Les projets sélectionnés vont générer plus de 3 000 000 m² de logements - dont près d’un tiers seront des logements sociaux – et plus de 1 300 000 m² de surfaces économiques (bureaux, commerces, industrie…), a indiqué le ministère. Un quart de ces projets sont inscrits dans les dispositifs Petites villes de demain ou Action cœur de ville. "Ils font preuve d’une grande ambition de qualité environnementale au travers de labels ou certifications en ce sens", souligne le ministère. 
Le fonds Ademe permettra, lui, de financer 111 projets dont 8 parmi ceux retenus par les préfets de région  : 36 projets sur le compartiment "travaux" pour des projets de dépollution lourde et de reconversion d’anciennes friches industrielles ou minières de type ICPE (installation classée pour la protection de l'environnement) - ils représentent au total 165 ha de friches traitées et devraient générer près de 300.000 m² de logements et plus de 400.000 m² de surfaces économiques ; 75 projets seront financés sur le compartiment "études".
"Tout type de maîtres d’ouvrages des projets de recyclage de friches étaient éligibles et seront bénéficiaires de ces subventions, en particulier des collectivités, des entreprises publiques locales (EPL), des sociétés d’économie mixte (SEM), des bailleurs sociaux ainsi que des opérateurs et établissements publics d'État, des entreprises privées, sous réserve du respect du régime des aides d’État", rappelle le ministère. Parmi les lauréats, à Caen, 398.000 euros ont été accordés pour la réhabilitation des établissements Dubourg et des anciennes mines de fer sur 20.000 mètres carrés, tandis qu'à Maubeuge, la friche industrielle LCAB recevra 913.000 euros pour sa dépollution et sa reconversion. A Annonay, la reconversion de l'ancienne usine à gaz sera aidée à hauteur de 188.000 euros. A Verdun, la requalification de la caserne Miribel (68.000 mètres carrés) recevra une subvention de 1,6 million d'euros, et l'aménagement de l'ancien garage Renault de Lamballe 375.000 euros.
Au vu du succès de cette première enveloppe de 300 millions d'euros qui sera totalement dépensée dès cette année -  les appels à projets ont suscité 1.119 dossiers de demandes et 631 dossiers ont été déclarés éligibles par les préfets,- le Premier ministre Jean Castex a annoncé le 17 mai qu'elle serait plus que doublée avec un complément de 350 millions d'euros à dépenser d'ici fin 2022 pour réhabiliter des friches (lire notre article).

 

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle