Protéger les martinets, enjeu de biodiversité et de santé publique à Toulon (83)

Publié le
par
Michel Léon
dans

Santé, médico-social, vieillissement

Var

Dans le cadre de son programme de protection des martinets en centre-ville, la ville de Toulon a mobilisé les acteurs de la construction pour qu’ils préservent les nids des oiseaux au cours des chantiers. Les martinets et les hirondelles sont de redoutables prédateurs des moustiques, vecteurs de maladies.

En 2015, la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) interpelle l’adjointe au maire au développement durable et à la condition animale de Toulon (170.000 habitants - Var) et lui propose de se mobiliser pour la survie des martinets qui nichent par milliers dans la ville d’avril à août : leurs nids sont menacés, que ce soit lors d’opérations d’urbanisme ou à l’occasion de ravalements ou de réhabilitation. La LPO rappelle que le martinet est une espèce protégée et que la destruction de ses nids constitue un délit lourdement sanctionné (jusqu’à 150.000 € d’amende et/ou peine d’emprisonnement maximale de 3 ans). Elle convainc l’élue, sensible à la conservation de la biodiversité, de la nécessité de mener, au niveau municipal, une action pour préserver ou reconstituer ces abris dans le bâti. D’autant que ces oiseaux sont les principaux prédateurs des moustiques, notamment tigres, potentiels vecteurs de maladies (dengue, virus Zika et chikungunya), et que cette préservation est aussi un enjeu de santé publique. 
Dans la foulée, l’élue propose à ses services de communiquer sur les solutions relativement simples et économiques suggérées par l’association : "La ville , explique Christine Pagani-Bezy, adjointe au maire au développement durable et à la condition animale, était décidée à agir pour maintenir ces populations, en particulier les martinets noirs qui vivent en cœur de ville." 

Sensibiliser les maçons, les promoteurs, les propriétaires, les syndics, etc.  

En préalable au lancement de l’opération, la LPO engage un important travail de recensement en s’appuyant sur une cartographie mise à disposition par la ville. Dès la première année, elle constate la présence de 1.000 nids en centre ancien. "Depuis, ajoute l’élue, la LPO descend chaque année dans les rues, avec ses militants et le renfort de citoyens mobilisés, et observe du bas des immeubles la danse des martinets autour de leurs nids."
La ville s’est ensuite adressée à l’ensemble des porteurs de projets immobiliers, que ce soit lors d’importants chantiers, de nouvelles constructions ou d’un simple ravalement de façade. Elle publie une plaquette en 1.000 exemplaires et la diffuse de façon ciblée vers les maçons, les promoteurs, les propriétaires, les syndics, les maîtres d’œuvre, etc.

Aucun budget spécifique 

"Cette action n’a pas nécessité de moyens particuliers, explique l’élue, mais beaucoup de concertation, avec toujours la LPO comme conseiller technique : expliquer à tous ces intervenants, qui n’y étaient pas a priori sensibilisés, l’importance de cet enjeu en termes de biodiversité, le rôle d’insecticide naturel du martinet, et surtout la facilité de mise en œuvre." Pour maintenir cette population, la ville propose avec la LPO d’intégrer des solutions à tout chantier : il suffit parfois de laisser une fissure dans une façade, d’éviter de remplacer une tuile déplacée. Au pire, le coût unitaire d‘un nouveau nichoir n’est que de 50 à 80 €. "Sur de tels budgets de chantier, cette somme est dérisoire", explique l’élue. "Au départ, les acteurs de la construction se sont plaints : ils craignaient une nouvelle contrainte, Mais, habitués à des obligations plus lourdes que celle-là, en matière de sécurité ou d‘amiante, ils ont vite admis que ce n’était pas compliqué et ont plutôt bien réagi quand ils se sont aperçus qu’ils allaient préserver des espèces et qu’ils en seraient valorisés. Par ailleurs et à tout moment, ils peuvent compter sur le conseil technique de la LPO."

Au bout du compte, à ce jour, il n’y a eu aucune destruction de nid de martinet sur la ville. À noter qu’en 2017, pour cette action entre autres, Toulon a reçu le ruban d’honneur de la Fondation 30 millions d’amis pour la préservation de l’accueil de l’animal dans la ville. Elle a aussi obtenu le label "ville nature" remis par l’agence régionale pour l’environnement.

Commune de Toulon

Nombre d'habitants :

170000
Avenue de la République - CS 71407
83056 Toulon Cedex
villedurable@mairie-toulon.fr

Emmanuel Kopp

Directeur de la direction ville durable
Haut de page