Relance européenne : la Normandie, deuxième région française à bénéficier de React-EU

La Commission européenne a validé, jeudi 29 avril, la modification du programme opérationnel de la Normandie afin de bénéficier d’une enveloppe de 92,3 millions d’euros au titre de React-EU, le volet territorial du plan de relance européen. Elle a dans le même temps validé la modification du programme opérationnel de la Rhénanie-du-Nord-Westphalie pour un montant de 205 millions d’euros.

Après la région Sud il y a quelques jours, la Normandie devient la deuxième région française à bénéficier du volet territorial du plan de relance européen et une des toutes premières en Europe. Cette modification "soutiendra (en Basse mais également en Haute-Normandie) le secteur de la santé (en particulier la modernisation des établissements), les entreprises et la relance de l’économie locale, le tourisme, l’économie verte et numérique, l’accélération des investissements dans la transition énergétique, la mobilité durable et la régénération urbaine", précise la Commission européenne, dans un communiqué. En Rhénanie-du-Nord-Westphalie, les investissements cibleront principalement "l’apprentissage à distance dans les écoles et autres établissements de formation, la numérisation des entreprises et la transition vers des transports à faibles émissions".

Les crédits devront avoir été dépensés avant la fin 2023. React-EU apporte 47,5 milliards d’euros (50,5 milliards en prix courants) supplémentaires aux programmes de la politique de cohésion pour 2021 et 2022. Il fait partie intégrante des 750 milliards d’euros du plan de relance européen.

 

Pour aller plus loin

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle