Ruée sur les permis de construire avant le durcissement des normes environnementales 

Après une ruée des demandes déposées en décembre 2021 pour éviter de tomber sous le coup de règles environnementales plus strictes, le nombre de permis de construire délivrés en France a frôlé des niveaux record au premier trimestre 2022, selon les dernières statistiques du ministère de la Transition écologique.

D'avril 2021 à mars 2022, 496.900 logements ont été autorisés à la construction, selon les dernières estimations du ministère de la Transition écologique. Un chiffre qui n'a été dépassé que deux fois depuis 2013 (en octobre 2017 et février 2018). Avec 102.600 logements autorisés de plus qu’au cours des 12 mois précédents (+26%), on frôle la barre symbolique des 500.000 logements neufs, considérée par beaucoup de professionnels du secteur comme le rythme de construction à atteindre. "Dans le même temps, on estime que 394.400 logements ont été mis en chantier, soit 34.900 de plus (+9,7%) que lors des 12 mois précédents (avril 2020 à mars 2021)", note le ministère, en relativisant toutefois cette hausse. "La période antérieure était particulièrement basse, car elle incluait en partie le premier confinement où les autorisations avaient fortement reculé et de nombreux chantiers n’avaient pas pu démarrer, rappelle-t-il. Si on prend comme point de comparaison les 12 mois précédant la crise sanitaire (mars 2019 à février 2020), les nombres de logements autorisés et commencés au cours des 12 derniers mois apparaissent encore supérieurs, mais de façon plus modérée (respectivement +8,3% et +3%)".

Record de permis de construire délivrés depuis 15 ans

Sur le seul premier trimestre 2022, le nombre de permis de construire délivrés (141.900) n'a jamais été aussi élevé depuis 15 ans, note le ministère. Par rapport au trimestre précédent, où ils avaient diminué de 4,2%, en données corrigées des variations saisonnières et des jours ouvrables, les logements autorisés ont connu une hausse de 23,5%.
"Cette forte hausse des autorisations (surtout pour les logements individuels) provient du nombre exceptionnel de demandes de permis déposées en décembre 2021", souligne le ministère. Et elle traduit "probablement" un afflux de demandes de permis de construire avant l'entrée en vigueur, au 1er janvier 2022, de normes environnementales plus contraignantes pour le bâtiment neuf à travers la règlementation dite "RE2020" qui oblige les nouveaux logements à être mieux isolés contre le froid et la chaleur et à avoir un impact modéré sur le climat. Un phénomène similaire s’était produit en 2013 au moment de l’application de la réglementation thermique 2012, rappelle le ministère.

Hausse des maisons individuelles et des lotissements

"Beaucoup d'investisseurs, de primo-accédants, ont réservé des logements ou des maisons individuelles, surtout en fin d'année 2021, pour éviter de rentrer dans la RE2020, donc sûrement d'avoir un renchérissement de prix", a expliqué à l'AFP Olivier Salleron, président de la Fédération française du bâtiment (FFB), qui estime entre 7 et 8% le surcoût de la RE2020 en 2022. Les maisons individuelles et lotissements connaissent en effet les hausses d'autorisation de construire les plus sensibles. Plusieurs explications à cela : d'abord, selon le ministère, les délais d'instruction des permis étant plus longs pour les immeubles, les demandes de décembre ne sont pas encore visibles dans les statistiques.
Une autre disposition inscrite dans la loi Climat et Résilience peut également expliquer la ruée de décembre : la première étape de l'objectif zéro artificialisation nette (ZAN), qui vise à diviser par deux le rythme de grignotage des espaces naturels par rapport à la période 2012-2021.Logiquement, les maisons individuelles, plus gourmandes en foncier que l'habitat collectif, sont plus concernées par cet objectif. "Ça entre en porte-à-faux avec l'imaginaire de la maison et du jardin, et je pense que les gens se sont dépêchés pour ne pas louper la fenêtre d'opportunité", a commenté pour l'AFP Sabine Brunel, directrice adjointe de l'Observatoire de l'immobilier durable.
Les mises en chantier, qui ont habituellement quelques mois de retard sur les permis de construire, progressent elles aussi mais à un rythme bien plus lent. En cause, les turbulences subies par le secteur du bâtiment : problèmes d'approvisionnement en matériaux de construction, carnets de commandes déjà bien chargés... et manque de main-d'oeuvre qualifiée pour des chantiers plus écologiques. "Soit on n'a pas les bras, soit on n'a pas les gens qui veulent y aller, soit on n'a pas les matériaux ; ou alors plus cher", résume Sabine Brunel.
 

 

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

* champs obligatoires

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle