Localtis
Emilie Zapalski pour Localtis

Territoires d'industrie : les opérateurs publics s'engagent

Territoires d’industrie

Développement économique

L'Etat a signé le 5 mars 2019 des conventions d'engagement au service des 136 territoires d'industrie avec quatre opérateurs publics : la Banque des Territoires, Business France, Bpifrance et Pôle emploi. Chacun mettra à disposition de ces territoires des référents uniques pour simplifier les démarches visant à accélérer le développement des projets locaux.

Lors de l'assemblée générale des territoires d'industrie, qui s'est tenue à Lyon le 5 mars 2019 (voir ci-dessous notre article du 6 mars 2019), le gouvernement a signé avec les opérateurs publics (Banque des Territoires, Bpifrance, Pôle emploi et Business France) des conventions d'engagement au service des 136 territoires d'industrie concernés. Dans un communiqué publié le 7 mars, Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires, et Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie et des Finances, présentent le contenu des engagements de chacun.
Premier point : chaque opérateur va désigner un référent unique pour chaque territoire d'industrie. Un référent que les régions, en charge du pilotage de la démarche au niveau régional, pourront solliciter pour demander des ajustements destinés à favoriser le développement des projets sur place. Les régions attendent avec impatience leur désignation. "Nous appelons à avoir cette liste rapidement pour pouvoir solliciter rapidement ces référents, signale ainsi à Localtis Régions de France. Pour le moment, il n'y en a pas partout."
Dans le détail, chaque opérateur public s'engage en fonction de ses spécificités. Pour la Banque des Territoires, 100 millions d'euros par an d'ici à 2022 seront destinés à investir sur fonds propres dans les projets des territoires d'industrie, notamment sur les enjeux majeurs du foncier et de l'immobilier industriel, la reconversion des friches, le numérique, l'écologie industrielle, les transports et la mobilité. Un montant qui s'accompagnera d'une enveloppe d'ingénierie pour accompagner ces territoires.

Un "coach international"

De son côté, Business France va mettre en place un "coach international" Team France Export référent pour chacun de ces territoires qui accompagnera aussi chaque année une vingtaine de territoires prioritaires les plus en difficulté, dont cinq de manière renforcée. Objectif : renforcer leur stratégie d'attractivité et la prospection des investisseurs.
Bpifrance s'investit pour sa part dans l'expérimentation du volontariat territorial en entreprise (VTE) : un dispositif qui permettra de faciliter le recrutement de jeunes diplômés des écoles de commerce et d'ingénieurs dans les PME et ETI des territoires d'industrie. La banque publique d'investissement favorisera aussi l'accès des entreprises de ces territoires à ses dispositifs de financement et d'accompagnement, et notamment aux accélérateurs.
Enfin, côté recrutement, Pôle emploi mettra à disposition des territoires d'industrie un unique conseiller référent qui coordonnera les interventions des agences Pôle emploi concernées. L'institution proposera dès l'été 2019 des données spécifiques pour chaque territoire, à partir de son outil Formadiag de diagnostic territorial des besoins de formation. Cette plateforme, mise en place en janvier 2018, permet l'identification par bassin d'emploi des formations permettant un retour à l'emploi rapide et correspondant aux besoins des entreprises. Le défi est de taille. À l'heure actuelle, 50.000 emplois industriels non pourvus ne trouvent pas de candidats. Il s'agit de trouver des solutions à ces besoins de compétences.

Haut de page