Territoires zéro chômeur de longue durée : 14 nouveaux projets désormais habilités

Trois nouveaux "Territoires zéro chômeur de longue durée" viennent d’être habilités, annonce mardi 17 mai le Fonds d’expérimentation territoriale contre le chômage de longue durée (ETCLD) dans un communiqué. Il s’agit du territoire Les portes du Morvan (candidature portée par le Pays nivernais Morvan, Nièvre), de quatre quartiers à Pau (Pyrénées-Atlantiques) et du territoire Gerzat-Les Vergnes (candidature portée par la métropole de Clermont-Ferrand, Puy-de-Dôme).

En tout, 24 territoires expérimentent désormais officiellement la démarche consistant à inventer une "entreprise à but d’emploi" (EBE), dont l’objectif est d’employer en CDI les personnes les plus éloignées de l’emploi du territoire et de créer pour cela de l’activité avec et pour ces personnes, de l’activité utile au territoire et complémentaire de l’économie locale. Sur ces 24 territoires habilités, 10 sont issus de la première loi d’expérimentation de 2016 et 14 ont rejoint le processus dans le cadre de la deuxième étape de l’expérimentation (2021-2026) ouverte par la loi de décembre 2020.     

"L’appel à candidature reste ouvert car la loi donne un délai de trois ans aux nouveaux territoires pour présenter leur dossier", rappelle le Fonds d’expérimentation. Alors que l’objectif de la seconde loi était de permettre à "au moins 50 nouveaux territoires" d’expérimenter le projet, le processus d’habilitation prend un certain temps. Plusieurs "points d’attention" à destination des territoires candidats figurent à ce titre sur le site d’ETCLD, sous la signature de son président Louis Gallois. Certains points ont trait au "pilotage du droit à l’emploi par les comités locaux pour l’emploi (CLE)", avec l’accent notamment mis sur une "insuffisance des moyens de l’équipe projet du CLE" de territoires candidats ou encore sur un "manque de visibilité opérationnelle". Sur la production d’emplois, le Fonds d’expérimentation pointe en particulier l’insuffisance des fonds propres mobilisés par les partenaires du projet. "La mutualisation des moyens financiers pour la mise en œuvre du droit à l’emploi est un enjeu majeur, il est un des reflets de la maturité de la coopération locale pour la mise en œuvre du projet", indique-t-il. Avec une étape indispensable à l’habilitation : la délibération du département, dont la participation au projet est désormais obligatoire. Il est rappelé que l’association TZCLD "propose un accompagnement, des outils et des formations à destination des projets émergents". 155 "projets émergents" sont actuellement reconnus et accompagnés par l’association TZCLD. 

 

Pour aller plus loin

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle