Tourisme : avec l'été, la reprise est bien là

Le dernier baromètre d'Atout France met en évidence des intentions de séjour élevées dans les six prochains mois. Une étude d'ADN Tourisme sur les projets de vacances des Français pour cet été donne elle aussi des résultats plutôt rassurants.

Après une année 2020 et un début d'année 2021 catastrophiques, le secteur du tourisme retrouve le soleil... et un sourire prudent. Les signes bien réels de reprise ne suffiront sans doute pas à effacer les pertes, même si une bonne part d'entre elles a été absorbée par les aides généreuses de l'Etat. Selon un rapport de la Cnuced (Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement) publié le 30 juin, l'économie mondiale pourrait perdre plus de 4.000 milliards de dollars en raison de l'impact du Covid-19 sur le tourisme. En France, la perte exprimée en points de PIB se situerait entre -2,3 et -3,2 points, selon les trois scénarios retenus. Sans oublier la menace d'une quatrième vague, portée notamment par les variants Alpha (anglais), Delta (indien) et désormais Lambda. Une évolution qui a déjà conduit le Portugal et l'Espagne à prendre des mesures qui vont lourdement peser sur leur saison d'été.

Atout France : des concrétisations d'intentions de vacances plus fortes qu'en 2020 

En attendant d'en savoir plus, les acteurs français du tourisme préféreront se pencher sur les résultats de l'édition de juin 2021 du baromètre d'Atout France et de l'Office du tourisme et des congrès de Paris. Portant à la fois sur la France et sur neuf marchés internationaux, l'étude met en évidence des intentions de séjour élevées dans les six prochains mois et une forte augmentation par rapport à juin 2020, qui était déjà une période de reprise après le premier confinement (+8 points en moyenne, tous marchés confondus). Sept Français sur dix prévoient de passer leur prochain séjour dans l'Hexagone et plus des deux tiers d'entre eux pensent qu'ils seront vaccinés avant les vacances.
A l'approche de la saison estivale, les destinations favorites restent la région Sud (24% des intentions des Français, 30% auprès des marchés d'Europe de l'Ouest), suivie par l'Occitanie (23% des Français), Auvergne-Rhône-Alpes et Bretagne (15% chacun). Globalement, le littoral apparaît privilégié. L'étude montre aussi une nette anticipation du calendrier par rapport à 2020, avec aussi un taux d'indécision nettement plus faible sur juin et juillet, ce qui doit permettre à la saison de commencer plus tôt. En outre, il ne s'agit pas uniquement d'intentions : les concrétisations sont fortes et en avance sur 2020. En France, on passe ainsi de 49% de réservations anticipées en juillet 2020 à 53% en juin 2021, et de 41 à 44% sur les marchés d'Europe de l'Ouest. 
Enfin, alors que Paris et l'Ile-de-France ont été les principales victimes de la pandémie en termes de fréquentation touristique (voir notre article du 9 avril 2021), "l'intention de visiter Paris progresse significativement sur les marchés français et américains" (+17 points pour les Américains par rapport à juin 2020).

ADN Tourisme : un début de saison meilleur qu'en 2020, mais inférieur à 2019

Dans une approche plus nationale, ADN Tourisme – la Fédération nationale des organismes institutionnels de tourisme (régions, départements et communes) – a mené, entre le 7 et le 21 juin, une étude auprès de 13 comités régionaux de tourisme et un sondage auprès de 2.000 Français sur leurs projets de vacances pour cet été. Les résultats semblent, là aussi, plutôt rassurants. Du côté des professionnels, les résultats montrent notamment "un début de saison meilleur qu'en 2020, mais qui reste inférieur à 2019". Ainsi, en juin, 82% des territoires annoncent des tendances supérieures (47%) ou égales (35%) à celles de juin 2020, et cela bien que le lundi de Pentecôte ne tombait pas en juin cette année, contrairement à 2019 et 2020.
Comme l'an dernier, "la fréquentation a été essentiellement portée par les clientèles française et locale". La clientèle étrangère reste en revanche très peu présente, "même si certaines destinations frontalières ont noté le retour d'étrangers de proximité et que certaines constatent un retour progressif des marchés européens". ADN Tourisme observe que "les perspectives pour l'été sont encourageantes, notamment pour juillet ou que certains territoires observent des réservations plus tôt dans le mois, mais la prudence reste de mise : avec des incertitudes concernant la fréquentation des étrangers et les réservations de dernière minute, beaucoup de professionnels ont encore du mal à se projeter".

Partir ou ne pas partir ?

Du côté des Français, l'optimisme est de mise : près des deux tiers (61%) pensent partir en vacances et/ou en week-end cet été entre juin et septembre, contre 50% à la même période de l'an dernier. Mais la moitié d'entre eux n'avaient toutefois pas encore réservé à la date de l'étude. Par ailleurs, 18% des Français s'interrogent toujours sur le fait de partir cet été, attendant (à 46%) de voir comment tourne la pandémie. Confirmant les résultats de l'étude d'Atout France, 83% des Français prévoient de rester dans l'Hexagone, en privilégiant les destinations de proximité et les locations saisonnières. Ils choisissent majoritairement le littoral (43%), devant la campagne (26%) et la montagne (13%). Bien que toujours à la traîne, les espaces urbains redressent un peu la tête (10% contre 5% l'an dernier).
Une fois sur place et quel que soit le lieu, 66% des Français disent avoir envie de réaliser davantage de balades, visites de sites, excursions, autrement dit une sorte d'évasion locale (+7 points par rapport à 2020). La progression la plus rapide en termes d'attirance concerne toutefois les lieux de shopping, de baignade, les marchés, foires et brocantes, ou encore les découvertes gastronomiques ou œnologiques.
Pour l'avenir, les Français affirment qu'ils seront plus attentifs aux lieux de destination, en portant une attention particulière aux normes de santé et de sécurité. Mauvaise nouvelle pour l'environnement : ils envisagent d'utiliser leur véhicule personnel pour éviter les transports collectifs. En revanche, plus d'un tiers des répondants (36%) affirment qu'ils prendront moins l'avion et choisiront des hébergements moins coûteux. Enfin, dernier signe des changements sociétaux induits par la pandémie : 15% des Français affirment qu'ils télétravailleront pendant leurs vacances.

  • Plan de reconquête du tourisme : les concertations s'engagent

Alain Griset, le ministre délégué chargé des PME, et Jean-Baptiste Lemoyne, le secrétaire d'État chargé du Tourisme, ont ouvert ce 8 juillet à Châtelaillon-Plage, en Charente-Maritime, la première réunion d'une série de concertations destinées à l’élaboration du "plan de reconquête et de transformation du tourisme" annoncé le 2 juin par Emmanuel Macron (voir notre article du 3 juin 2021). Un plan destiné à "soutenir l’investissement des acteurs du tourisme et de les accompagner dans une logique de transformation en intégrant toujours plus des dimensions de durabilité et de numérisation" et en allant vers "des prestations plus adaptées à des clientèles toujours plus exigeantes". Après cette première réunion avec des acteurs locaux, centrée sur le tourisme du littoral, d'autres rendez-vous s'échelonneront jusqu'à fin-septembre, cette fois autour du tourisme rural, culturel, urbain et d’affaires, et du tourisme ultramarin. "Ces consultations avec les acteurs économiques et les élus de l’ensemble de nos territoires seront capitales pour élaborer le plan" dont la présentation est prévue à l’automne, a souligné Alain Griset.
Quelques jours plus tôt, le 2 juillet, avait lieu un Comité de filière tourisme autour de Jean-Baptiste Lemoyne, "durant lequel fut effectué un vaste tour d’horizon de la situation touristique en France", tel que le rapporte France urbaine, qui y participait. L'association "se réjouit d’un rebond important de l’activité et des réservations sur l’ensemble du territoire national" mais a alerté sur deux points. D'une part, sur le fait que "le tourisme urbain, notamment à Paris, ne se redresse pas au même rythme que dans les autres territoires" et que les dispositifs de soutien doivent donc être maintenus. D'autre part, sur le fait que "le tourisme d’affaires ne retrouvera ses usagers qu’à la rentrée et à un niveau encore très incertain" avec, là encore, des conséquences économiques importante. S'agissant du "plan de reconquête", France urbaine dit souhaiter être associée à son élaboration et "formulera des propositions en mettant notamment l’accent sur les investissements à engager de concert, État et collectivités, en faveur d’un tourisme durable et responsable, qu’il s’agisse de l’évolution des infrastructures (équipements hôteliers, centres de congrès…) ou de la formation et des compétences".
C.M.

 

 

Pour aller plus loin

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle