Culture - Tournages en France : les crédits d'impôt ont engendré 600 millions d'euros d'activité supplémentaire en 2017

Le CNC (Centre national du cinéma et de l'image animée) publie le bilan 2017 des crédits d'impôt en faveur des tournages en France. Il existe en effet trois dispositifs de crédits d'impôt, régulièrement revus à la hausse dans une course poursuite entre pays européens (voir notre article ci-dessous du 5 octobre 2015) : le crédit d'impôt cinéma, le crédit d'impôt audiovisuel et le crédit d'impôt international. Le CNC relève que "deux ans seulement après les dernières réformes [...], le bilan des trois crédits d'impôt [...] est particulièrement positif : en 2017, le total des dépenses en France des œuvres bénéficiant d'un crédit d'impôt s'élève à 2.021 millions d'euros".

Création de 15.000 emplois

Le CNC estime que les crédits d'impôt en faveur des tournages sont à l'origine, l'an dernier, de 600 millions d'euros d'activité supplémentaire. Un chiffre supérieur de 20% aux 500 millions d'euros enregistrés en 2016 (voir notre article ci-dessous du 17 février 2017). Cette activité supplémentaire serait également à l'origine de la création de 15.000 emplois. Pour Frédérique Bredin, la présidente du CNC, "la France est redevenue, avec ces crédits d'impôt et tous ses autres atouts, le pays le plus attractif au monde".
Le crédit d'impôt cinéma a bénéficié l'an dernier à 142 films, soit 19 de plus qu'en 2016 (+15%), aboutissant à une dépense totale en France de 804 millions d'euros (+233 millions). Pour sa part, le crédit d'impôt audiovisuel a bénéficié à 1.554 heures de programmes, soit 222 heures supplémentaires par rapport à 2016. Les dépenses en France ont frôlé l'an dernier le milliard d'euros (995 millions), en hausse de 207 millions d'euros.

Des tournages de projets étrangers passés en un an de 22 à 52

Mais la progression la plus spectaculaire concerne le crédit d'impôt international. Entre 2016 et 2017, le nombre de nouveaux projets étrangers tournés au moins en partie en France est passé en effet de 22 à 52. Le CNC cite notamment "The 15:17 to Paris" de Clint Eastwood (sur l'attentat dans le Thalys), "Johnny English 3" de David Kerr ou encore "Skylander" saison 3, la série d'animation. Les dépenses éligibles en France ont atteint 222 millions d'euros, en hausse de 165 millions d'euros par rapport à 2016.
Autre impact positif des crédits d'impôt : une "relocalisation massive" des tournages. Selon le CNC, "pour le cinéma, en 2017, 88% des dépenses des films agréés en 2017 ont été réalisées en France, soit un taux de délocalisation très faible de 12%. Avant réforme des crédits d'impôt en 2015, le taux de délocalisation était de 27%. Concernant les effets spéciaux, la production s'est relocalisée à plus de 90% en France en un an".

 

Pour aller plus loin

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

* champs obligatoires

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle