Localtis
Anne Lenormand / Localtis

Transports et canicule : de nouvelles mesures face à la pollution

Transport mobilité durable

Environnement

France

Ile-de-France

La canicule qui s'installe favorise aussi la pollution à l'ozone. Face à l'urgence, le gouvernement a annoncé ce 25 juin un déclenchement automatique de la circulation différenciée en cas de pic de pollution dans l'agglomération parisienne. La mesure pourra aussi être mise en œuvre dans l'ensemble des agglomérations, en lien avec les élus locaux concernés.

Alors que 65 départements ont été placés ce 25 juin par Météo France en vigilance orange pour la canicule, la chaleur favorise aussi la recrudescence des pics de pollution à l'ozone. À l'occasion d'une visite ce mardi chez Airparif, l'association agréée de surveillance de la qualité de l'air à Paris et en Île-de-France, le ministre de la Transition écologique, François de Rugy, et la ministre des Transports, Élisabeth Borne, ont annoncé une réforme du déclenchement de la circulation alternée en Île-de-France, qui sera "automatisé" en cas de dépassement des seuils limites de polluants atmosphériques (atteinte du seuil d'alerte ou dépassement persistant, pendant 2 jours au moins, du seuil d'information et de recommandation).

Davantage de véhicules interdits de circulation

Le dispositif sera aussi plus strict qu'aujourd'hui : dès la mise en œuvre de la circulation différenciée, l'accès à l'agglomération parisienne (à l'intérieur de l'A86, non comprise) sera interdit non seulement aux véhicules dotés de vignettes Crit'Air 4 et 5 (voitures diesel antérieures à 2005 et essence antérieures à 1997) mais aussi à ceux avec une vignette Crit'Air 3 (voitures à essence immatriculées avant fin 2005 et diesel immatriculées avant fin 2010). Selon le ministère de la Transition écologique, le mesure concernera un tiers des véhicules en circulation et devrait permettre de réduire les émissions de polluants d'environ deux tiers.
Le nouveau dispositif pourrait être testé très vite, puisque la maire de Paris, Anne Hidalgo, a demandé au préfet de police l'application de cette circulation différenciée dès ce 26 juin, qui selon Airparif devrait voir le "seuil d'information du public" atteint pour la pollution à l'ozone.
Les ministres ont par ailleurs demandé qu'une telle automaticité soit mise en œuvre dans l'ensemble des agglomérations françaises en cas de pic de pollution, en lien avec les élus locaux concernés.
François de Rugy et Élisabeth Borne ont en outre appelé ce lundi les opérateurs de transports à "la plus grande vigilance et mobilisation, en lien avec les collectivités locales qui sont autorités organisatrices des transports". Outre l'assistance aux voyageurs et la vérification du matériel roulant, la chaleur oblige aussi la SNCF et la RATP à surveiller très étroitement matériel et infrastructure, notamment les câbles d'alimentation électrique, les caténaires et les voies.

Haut de page