Un cordon dunaire et des étangs pour protéger Frontignan des assauts de la mer (34)

Pour protéger les habitations de l’érosion qui grignote le lido de Frontignan, les édiles aménagent un cordon dunaire haut de 2,70 mètres NGF (niveau général de la France). Les étangs naturels sont soustraits à toute construction afin de servir de zones tampon en cas de forte houle et de pluies abondantes. 

"Depuis 1826 on observe une disparition progressive du lido de Frontignan ; le trait de côte a reculé de plus de 100 mètres", constate le maire adjoint délégué à la prévention des risques de Frontignan, Olivier Laurent. Cette érosion continue est renforcée par les tempêtes qui menacent cette étroite bande sableuse de 7 kilomètres de long située entre la mer et les étangs. À Frontignan, près de 1.800 personnes y résident à l’année et 20.000 en été. 

Disparition programmée

Conscients de ce danger ancien, la ville et les riverains ont cofinancé, à la fin des années 1960, la construction d’épis rocheux qui forment une sorte de digue protectrice régulièrement entretenue. Cet ouvrage, qui a également bénéficié d’opérations de recharge en sable, a protégé le lido ces cinquante dernières années. Compétente sur ce sujet, Sète agglopôle Méditerranée a effectué plusieurs études sur les évolutions possibles. "Les plans de modélisation qui en résultent ne fournissent pas de certitude sur la durée de vie du lido, mais ils concordent sur sa disparition à plus ou moins long terme", constate le maire adjoint. 
En 1982, une très forte tempête a détruit plusieurs bâtiments du littoral. Et Frontignan est aussi soumise au risque industriel, avec le plus gros dépôt d’hydrocarbures d’Europe hors raffinerie.

Première tranche de travaux pour stabiliser le trait de côte

Une première tranche de travaux initiée en 2014, à l’est de la ville, a porté sur la construction de trois nouveaux épis rocheux, une importante opération de recharge en sable et sur la création d’une plage de galets. Cette partie du lido (quartier dit Les Aresquiers) était particulièrement vulnérable. "Les travaux ont stabilisé le trait de côte, mais nous n’avons pas encore subi l’épreuve d’une forte tempête pour en mesurer toute l’efficacité", indique l’adjoint au maire. 

Deuxième tranche pour construire un cordon dunaire protecteur

La deuxième tranche de travaux a démarré en 2019 pour s’achever en 2021. Elle consiste à aménager un cordon dunaire entre les épis rocheux et les habitations. Haut d’environ 2,70 mètres NGF et sans ouvertures qui laisseraient passer la mer, il protégera les habitations le long du lido. Pour accéder à la plage une cinquantaine de passerelles, dont neuf pour les personnes à mobilité réduite seront édifiées. Des ganivelles, installées pour aider la végétation à se développer, contribueront à fixer le sable et les dunes. Pour remplacer le sable déplacé sous l’effet de la houle et des courants, des recharges seront effectuées pour renforcer le dispositif de protection formé par les épis rocheux et le cordon dunaire. Le sable sera puisé au large de la grande plage de l’Espiguette située non loin de l’embouchure du Rhône, où il abonde. 

Budget largement cofinancé

Ces deux tranches de travaux représentent un budget de 16,5 millions d’euros, cofinancé en ordre décroissant par : l’Europe (Feder, 27%), l’État (22%), la communauté d’agglomération Sète agglopôle Méditerranée (20%) ainsi que la région Occitanie et le département de l’Hérault (15% chacun). À ce budget, il faut ajouter celui que la ville de Frontignan dédie à la prévention des risques (lire Situé en zone rouge "risques de submersion marine" Frontignan conjugue culture du risque et prévention). En outre, une dizaine d’agents municipaux entretiennent régulièrement le littoral. Le nettoyage printanier et estival représente par exemple un coût de 200.000 euros par an. 

Préserver les zones tampons des appétits immobiliers

À noter que depuis 2012, le PLUi interdit les nouvelles constructions sur le lido, mais autorise les démolitions reconstructions à surface au sol identique ; pour les maisons de plain-pied, il impose la création d’un étage supplémentaire qui puisse servir de zone refuge en cas de montée des eaux. La protection des personnes et des biens est une compétence de l’État qui implique la ville. C’est dans ce cadre que les édiles de Frontignan se sont engagés depuis les années 1990 à protéger les étangs naturels qui servent de zones tampon en cas de forte houle et de pluies abondantes. "Pour les préserver, il a fallu résister à de nombreux appétits immobiliers", rappelle l’adjoint au maire. 

"L’édification en cours du cordon dunaire a pu contrarier certains habitants qui avaient acheté une maison avec vue sur mer et qui vont se retrouver avec une vue sur dune. Mais ces travaux, ainsi que le rappelle le maire adjoint délégué à la prévention des risques, doivent sauvegarder le site pendant encore quelques dizaines d’années. À condition évidemment que le changement climatique ne s’emballe pas."

Donner une assise juridique à la lutte contre l’érosion côtière

Le Premier ministre a confié en avril 2019 au député de la Vendée, Stéphane Buchou, une mission pour repenser l’élaboration des politiques publiques sur le recul du trait de côte. Ses conclusions ont été remises le 28 novembre 2019 à la ministre de la Transition écologique et solidaire, Elisabeth Borne. Elles invitent notamment à donner une assise juridique aux projets littoraux comportant une dimension de droit des sols, mais aussi financière et de stratégie foncière. Il y est également proposé de lancer des projets baptisés Litto 21 qui devront notamment comporter une recomposition spatiale, une prise en compte des enjeux environnementaux et une concertation formalisée. L'échelle pertinente pour porter ces projets serait l'intercommunalité. 

Commune de Frontignan-la-Peyrade

Nombre d'habitants :

22946
Hôtel de Ville
34113 Frontignan-la-Peyrade

Alice Sandevoir

Directrice des services Techniques
Haut de page