Un professionnel de terrain devient Défenseur des enfants et adjoint à la Défenseure des droits

Quatre mois après sa nomination, Claire Hédon, la Défenseure des droits qui a succédé à Jacques Toubon, dispose enfin de ses trois adjoints thématiques. Les adjoints sont les vice-présidents des trois collèges qui assistent la Défenseure des droits. Ils ont été nommés, sur proposition de Claire Hédon, par un décret du Premier ministre publié au Journal officiel du 13 novembre.

Le premier d'entre eux est le Défenseur des enfants, vice-président du collège chargé de la défense et de la promotion des droits de l'enfant. Le choix du titulaire a surpris, puisqu'il s'agit d'un professionnel de terrain en la personne d'Éric Delemar. Éducateur spécialisé, puis chef de services éducatifs, celui-ci était, depuis 2010, directeur adjoint du centre de l'enfance Henri-Fréville de Chantepie, en Ille-et-Vilaine, en l'occurrence la maison de l'enfance du département (près de 300 places et 200 professionnels). Il est également membre de la commission protection de l'enfance du Groupe national des établissements publics sociaux et médicosociaux (GEPSo). Dans un communiqué du 13 novembre, le GEPSo se félicite d'ailleurs de cette nomination et souligne l'engagement d'Éric Delemar "dans la reconnaissance de la valeur de la parole des enfants, sa connaissance du service public et des acteurs de terrain, son ouverture à l'innovation sociale et son implication forte et sa volonté d'agir avec tous". Éric Delemar succède à Geneviève Avenard, qui avait notamment dirigé les services sociaux des départements d'Eure-et-Loir et de la Côte-d'Or, avant de devenir directrice générale adjointe de l'Observatoire national de l'action sociale (Odas). 

Les deux autres adjoints présentent des profils plus "classiques". Pauline Caby est ainsi vice-présidente du collège chargée de la déontologie dans le domaine de la sécurité. Magistrate, elle a été successivement substitut du procureur près les tribunaux de grande instance d'Auxerre, d'Évry et de Paris, vice-procureure près le tribunal de grande instance de Paris, puis avocate générale référendaire à la Cour de cassation.

Enfin, George Pau-Langevin, députée (PS) de Paris, devient vice-présidente du collège chargée de la lutte contre les discriminations et de la promotion de l'égalité. Avocate de formation, elle a été présidente du Mrap (Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples) de 1984 à 1987, puis directrice adjointe de l'Agence nationale de promotion et d'insertion des travailleurs d'outre-mer (ANT). Elle a siégé également au conseil de Paris et au conseil régional d'Île-de-France. George Pau-Langevin a surtout été ministre à deux reprises : ministre déléguée à la Réussite éducative de 2012 à 2014 dans le gouvernement de Jean-Marc Ayrault et ministre des Outre-Mer de 2014 à 2016 dans le gouvernement de Manuel Valls. Sa nomination comme adjointe au Défenseur des droits entraîne la démission de son mandat de député.

Référence : décret du 10 novembre 2020 portant nomination d'adjoints du Défenseur des droits (Journal officiel du 13 novembre 2020).
 

Pour aller plus loin

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle