Un train au colza expérimenté sur la ligne Paris-Granville

La région Normandie et la SNCF ont annoncé ce 14 avril l'expérimentation durant trois mois, entre avril et juin, de trains roulant au colza sur la ligne Paris-Granville, un trajet qui dure un peu plus de trois heures. Le recours au B100, un agrocarburant 100% végétal obtenu à partir de la transformation d'huile de colza, permet de réduire "d'environ 60%" les émissions de gaz à effet de serre des trains roulant habituellement au diesel, selon un communiqué commun de la région, de la SNCF et de Bolloré Energy. Cette dernière société va fournir à la SNCF du B100 "produit en France par son partenaire Valtris Champlor, transformateur français de colza", indique le communiqué. C'est la première fois que cet agrocarburant est expérimenté sur un train en service commercial, souligne-t-il.
Le B100, qui permet en outre de réduire les émissions de particules fines et d'oxydes d'azote, est déjà proposé par Bolloré Energy notamment à des sociétés de transport routier de marchandises. Il offre une autonomie proche du gazole et ne peut être utilisé que par les professionnels du transport ayant leurs propres dispositifs de stockage et de distribution, précise le communiqué. Son utilisation est "possible sans modification significative des rames".
La SNCF a pour objectif de sortir du diesel d'ici 2035 et explore différentes voies pour réduire son empreinte environnementale. Interrogée par l'AFP, l'association France Nature environnement Normandie (FNEN) a salué "une initiative positive", mais qui ne peut être qu'une "étape vers une mobilité neutre en carbone". "Le colza c'est un plus par rapport au diesel" mais "ça émet des gaz à effet de serre alors que l'hydrogène produit avec des énergies renouvelables n'en émet pas du tout", a précisé André Berne, vice-président de FNEN.  "Pourquoi ne pas électrifier la ligne ?", ajoute cet ingénieur. La production d'agrocarburants ne doit pas se faire au détriment de l'alimentation "de ceux qui meurent de faim" et "le colza est produit avec beaucoup de produits phytosanitaires", souligne encore André Berne.
"Les trains à hydrogène, c'est une solution qui est à plus moyen terme (...) Les trains à hydrogène c'est à 2, 3 ans pour les premières circulations d'essais", a précisé ce 14 avril sur RTL Jean-Aimé Mougenot, directeur TER délégué au sein de SNCF Voyageurs. La SNCF compte "900 trains qui roulent au diesel", a-t-il précisé. 
 

 

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle