Une veille territoriale pour prévenir les situations de mal-être

Publié le
dans

Santé, médico-social, vieillissement

Social

Mayenne

La communauté de communes de l'Ernée, en Mayenne, constatant un taux de suicide élevé, a mobilisé l'ensemble des citoyens de son territoire pour prévenir les situations de mal-être. Des bénévoles en réseau, répartis dans chaque commune, repèrent les personnes en difficulté et leur apportent une aide avec l'appui de professionnels de la santé et du social.

En 1997, un rapport médical relève que le taux de suicide sur le territoire de la communauté de communes de l'Ernée, en Mayenne, est plus élevé que la moyenne nationale. Interpellés par une association locale, La Pastorale de la santé, les élus mettent en place un groupe de réflexion qui réunit, à l'échelle de la communauté, élus, associations et professionnels de la santé et du social. Afin d'enrichir la réflexion sur le thème du mal-être et de ses causes, le groupe fait intervenir un psychiatre, une anthroplogue, un sociologue et un économiste. "Il a fallu près de quatre années pour que les acteurs locaux s'approprient un sujet aussi difficile à traiter", remarque Jacqueline Arcanger, maire adjointe de la ville d'Ernée et vice-présidente du centre intercommunal d'action social (Cias) de l'Ernée. En 2000, un forum jeunesse est organisé sur le thème du mal-être. Les lycéens et un photographe y présentent une exposition. Les associations engagées sur ce thème sont présentes : Familles rurales, association d'aide à domicile en milieu rural... SOS paysans, qui soutient les agriculteurs en difficulté, vient témoigner.

Une initiative intercommunale élargie au département

Créée dès 1997, le groupe informel Germe - Groupe d'écoute de rencontre et de mise en relation au pays de l'Ernée - est rattaché au Cias de l'Ernée et animé par des bénévoles. Il a pour objet de susciter la réflexion et mettre en place des actions de prévention face à des situations de mal-être et d'isolement, en collaboration avec l'ensemble des citoyens et pas seulement les acteurs associatifs, de la santé et du social. Les principaux partenaires du groupe sont les quinze communes de la communauté de communes de l'Ernée (CCE), le collectif départemental pour la prévention du mal-être et du suicide, l'antenne Solidarité du conseil général de la Mayenne, le centre médico-psychologique (CMP), les associations caritatives et les établissements scolaires du territoire.
Le groupe est aidé par le Cias avec le soutien financier du groupe régional de santé publique (GRSP) à savoir la Drass, la Cram, la MSA. "Ces actions, appuyées surtout sur du bénévolat, ne nécessitent qu'un petit budget de l'ordre de 3 à 4.000 euros par an, essentiellement destiné à financer les prestations des intervenants extérieurs et  leurs frais de déplacement", précise Jacqueline Arcanger.

Des veilleurs et des "Pauses-Café" dans chaque commune

Depuis 2001, des Pauses-Café sont organisées dans les communes pour un moment de rencontre convivial. Sur la base de témoignages d'habitants, entre 50 et 100 personnes débattent sur le thème du mal-être. Ces échanges sont animés par un professionnel de la santé ou du social. Chaque année, quatre communes différentes sont concernées.
Un réseau de bénévoles est organisé afin que chaque commune du territoire de la CCE dispose d'un "veilleur". Ces volontaires repèrent les personnes en difficultés puis les contactent pour discuter de leurs problèmes et les conseiller. Une fois par mois, les "veilleurs" se rencontrent et font le point sur les situations rencontrées avec l'aide d'un psychologue ou d'un sociologue.
En 2003 l'initiative de la communauté s'élargit au territoire du département. Un collectif départemental pour la prévention du mal-être et du suicide est créé. La présidence du six groupes informels et associatifs de la Mayenne, dont Germe. "Le message que partagent tous les groupes est celui de la prévention citoyenne, souligne Jacqueline Arcanger ajoutant : Chacun peut-être acteur de la prévention sur son territoire, en collaboration bien sûr avec des professionnels qui viennent en appui."
En juin 2007 a été mis en place l'espace Découvertes et Initiatives (EDI), service du Cias de l'Ernée, animés par des bénévoles et l'animatrice du Cias, qui offre des moments de rencontre autour d'activités telles que le jardinage, la cuisine ou le spectacle. "Par cette initiative, nous souhaitons aider les personnes en situation d'exclusion car éloignée de toute insertion professionnelle. L'objectif est de les mobiliser sur un projet à travers la rencontre avec d'autres personnes", précise Jacqueline Arcanger.
A noter également que depuis avril 2007, une épicerie sociale intercommunale, "La p'tite épicerie" permet non seulement aux familles en difficultés financières passagères d'acheter des denrées alimentaires et produits d'hygiène à moindre coût mais également de les inscrire dans une démarche participative et non plus d'assistanat. L'aide alimentaire peut parfois être un facteur mobilisateur d'insertion sociale et ou professionnelle. Un atelier cuisine ouvert à tout public rencontre d'ailleurs un vif succès et privilégie le lien social tout en apportant indirectement un soutien à la gestion du budget des familles.
"Pour mieux prévenir le mal-être, les personnes en difficulté ne doivent plus être seulement des consommateurs mais aussi des acteurs de la vie sociale locale", conclut Jacqueline Arcanger.

 

Xavier Toutain, pour la rubrique Expériences des sites Mairie-conseils et Localtis

Communauté de communes de l'Ernée

Nombre d'habitants :

20000

Nombre de communes :

15
Cias de l'Ernée - Parc d'activités de La Querminais-BP 28
53500 Ernée
cias.delernee@wanadoo.fr

Clarisse Diop

Coordinatrice Cias
Haut de page