Localtis

Déchets sauvages - Vacances propres revoit sa campagne

Publié le
par
Morgan Boëdec / Victoires-Editions
dans

Environnement

Energie

Tourisme, culture, loisirs

Jeunesse, éducation et formation

Une nouvelle identité, un dispositif de collecte étendu, une poignée d'expérimentations : l'association à l’initiative de la campagne "Vacances propres" continue de mettre l'accent sur la lutte contre les dépôts de déchets sauvages, tout en s'autorisant à explorer des territoires différents.

Du sang neuf pour la campagne "Vacances propres" ! Plus d'un millier de collectivités locales sont partenaires de l'initiative. "A nos côtés les réseaux d'élus ont toujours répondu présents, tant notre partenaire historique, l'association des maires de France (AMF), que de plus récents comme l'association des petites villes de France (APVF), avec qui nous avons signé l'an dernier une convention, et bientôt l'association nationale des élus des territoires touristiques (ANETT)", a souligné le 21 juin Jean-François Molle, lors d'un point annuel sur cette campagne qu'il préside.
Et de se risquer à une estimation : plus de 60.000 tonnes de déchets sauvages abandonnés ont été recensés en 2016 - dont la moitié sur les routes et un quart dans les cours d'eau. "Mais disposer de chiffres fiables n'est guère évident", prévient-il. Aussi cette estimation comporte un fort taux d'incertitude : "Nous optimisons chaque année notre méthode d'évaluation. Certaines agences de l'eau nous transmettent des données qui nous aident à progresser". "Une chose est certaine, la consommation hors foyer ne cesse d'augmenter", abonde Philippe-Loïc Jacob, président d'Eco-Emballages, également partenaire de l'opération.
Autre chiffre avancé, les deux millions de sacs disposés l'an dernier dans l'Hexagone auraient permis de détourner de ce flux - et donc alléger ce fléau-, d'au moins 20.000 tonnes de déchets. Des résultats qui confortent les ambitions de l'association : rebaptisée "Gestes propres" (pour ne pas la limiter à la seule saison estivale et qu'elle soit menée tout au long de l'année), son opération phare sera présente pour la première fois cet été sur de grands festivals dont Avignon et le Tour de France à la voile. Quant à l'opération de prévention des déchets marins "Je navigue, Je trie", elle sera déployée dans une cinquantaine de ports de plaisance (neuf de plus qu'en 2016).
Carole Carpentier, déléguée générale et cheville ouvrière de la campagne, révèle une autre nouveauté : l’organisation avec l'Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer (Ifremer) d'une action de sciences participatives sur trois plages à Fouesnant (Finistère), Roquebrune-sur-Argens (Var) et Lacanau (Gironde).
"Nous allons nous appuyer sur notre nouvelle identité "Gestes propres" pour mettre à la disposition des collectivités un kit de communication personnalisable et un atelier pédagogique destiné aux activités périscolaires des écoles primaires", ajoute-elle. Sarah Sananes, chargée de mission déchets marins au ministère de la Transition écologique, a par ailleurs indiqué qu'un groupe de travail national allait être créé dans le cadre de cette dynamique sur l'enjeu des dépôts sauvages. L'AMF y prendra part. Il y sera notamment question de l'impact des activités touristiques sur les volumes de déchets générés et de la mise en place d'une communication adaptée à ce secteur", conclut-elle.

Haut de page