Vingt-cinq cantines scolaires du Luberon s'approvisionnent localement

Publié le
dans

Développement économique

Tourisme, culture, loisirs

Environnement

Energie

Vaucluse

Depuis 2008, le parc naturel régional du Luberon aide les communes qui le désirent à approvisionner leur cantine scolaire en produits de proximité, bio si possible. Trois ans plus tard, elles sont 25 à suivre la démarche. Leurs cuisiniers fonctionnent en réseau et les coûts n’ont pas sensiblement augmenté.  

Sur le territoire du parc naturel régional du Luberon (77 communes, 168.000 habitants), de nombreuses professions de foi des candidats lors des élections municipales de 2008 avaient affiché la volonté d’améliorer la qualité des cantines scolaires grâce à leur approvisionnement en produits locaux. Cette volonté était également inscrite dans la charte du parc naturel régional (PNR). Dès la rentrée 2008, ce dernier décide de constituer un partenariat avec les chambres d’agriculture des deux départements concernés par le parc (Alpes-de-Haute-Provence et Vaucluse), l’association des agriculteurs du parc, deux associations de producteurs locaux et les deux centres permanents d’initiatives pour l’environnement (CPIE), en vue de mener une expérimentation financée par le programme Leader Haute Provence Luberon. L’accompagnement du PNR a été déterminant pour qu’un réseau se constitue et puisse perdurer.

Elus et cuisiniers forment un comité de pilotage

L’opération repose sur un réseau de communes pilotes. Un appel à candidature a été lancé par le PNR auprès des communes qui avaient une cantine scolaire primaire et maternelle en régie directe, et 14 municipalités se sont portées volontaires. La chargée de mission Agriculture du PNR, Mylène Maurel, a réuni les élus et leurs cuisiniers pour constituer un comité de pilotage du projet. Dès sa création, celui-ci a organisé, avec l’aide du PNR, une formation des cuisiniers sur trois jours, avec une visite d’exploitation agricole locale, une journée sur les produits du Luberon et une journée sur le thème “cuisiner les produits du terroir”, avec des chefs locaux. Parallèlement, a été constitué un catalogue des producteurs locaux, bio et AOC.

Animer pour sensibiliser le grand public, les associations et les élus

Dès 2009, alors que les 14 premières communes commencent à proposer un repas 100 % local trois fois par an à chaque saison, des agriculteurs organisent des interventions dans les écoles et des animations à la sortie des classes pour sensibiliser les parents à l’opération. En octobre 2010, le PNR organise un forum pour rendre compte de l’action engagée, avec des témoignages de cuisiniers scolaires et de producteurs. Y étaient présents des élus et les associations partenaires, soit plus de 100 personnes au total.

Un développement soutenu par la formation des cuisiniers et de nouveaux outils

Depuis 2009, 25 communes du PNR (ce qui représente 5.000 repas/jour, soit 1 million sur l’année) sur 77, participent de façon diverse à l’opération. Certaines, qui servent 200 à 300 repas par jour, utilisent 80 % de produits locaux en permanence (on ne peut pas bannir les bananes, tout de même !). La commune d’Apt, qui sert un millier de repas par jour, atteint 20 à 30% de produits locaux toute l’année et d’autres préparent un repas 100% local une fois par semaine.
La formation des cuisiniers a été intégrée dans les programmes du CNFPT et ils ont pris l’habitude de se réunir pour échanger des pratiques, des adresses, des recettes… Le catalogue des fournisseurs –plus d’une centaine en 2011- s’est enrichi, un site web est en gestation qui permettra, aux cuisiniers de passer des commandes en ligne. En 2012, un projet de livre de recettes locales se concocte.

 Un réseau qui a trouvé son autonomie

Grâce au dynamisme du réseau ainsi constitué, la chargée de mission du PNR n’a plus besoin de suivre son fonctionnement au quotidien. “C’est un succès, explique Florence Dibon, adjointe au maire de Pierrevert, parce que nous avons su trouver la méthodologie qui a permis un accompagnement des communes et de leurs cuisiniers, jusqu’à ce qu’ils soient autonomes. Ca ne coûte pas beaucoup plus cher puisque l’achat des denrées n’entre que pour un tiers dans le prix d’un repas. Et cela permet une vraie politique du goût avec les enfants. Je vous assurent qu’ils se régalent !”

Jean-Luc Varin, Agence Traverse pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info

 

Parc naturel régional du Luberon

Nombre d'habitants :

183357

Nombre de communes :

77
60, place Jean-Jaurès
84400 Apt
accueil@parcduluberon.fr

Florence Dibon

déléguée suppléante de la commune de Pierrevert (04)

Mylène Maurel

chargée de mission agriculture et tourisme durable
Haut de page