Valérie Liquet pour Localtis

Action Logement bien décidé à déployer son plan de 9 milliards malgré les "réserves" de Bercy

Finances et fiscalité

Logement

Social

Les vœux d'Action Logement, le 28 janvier 2019 à la Cité de la Mode,  ont été l'occasion pour son président d'affirmer sa volonté de mettre en œuvre le Plan Logement à 9 milliards d'euros annoncé avec Julien Denormandie le 10 janvier dernier. Et cela, malgré les "réserves de Bercy". Bruno Arcadipane a également fait le point sur son bilan 2018 : NPNRU, PHB 2.0, cœur de ville, ONV…

"Vous pouvez compter sur mon plein et entier soutien." Julien Denormandie s'est plus que jamais positionné en partenaire d'Action Logement, ce 28 janvier 2019, lors des vœux de l'organisme paritaire à la Cité de la Mode. Un lieu symbolique puisque situé "tout près de Bercy" mais "sur l'autre rive" de la Seine, s'est amusé le ministre provoquant rires et applaudissements.
Bruno Arcadipane lui avait clairement demandé : "Comment interpréter les réserves de Bercy à notre plan d'investissement volontaire de 9 milliards d'euros" présenté le 10 janvier dernier en faveur du logement des salariés modestes (voir notre article ci-dessous). Des "réticences" et un "manque d'enthousiasme" que le président d'Action Logement dit d'autant moins comprendre dans le contexte du mouvement social porté par les gilets jaunes. 

Un recours à l'emprunt qui pose question

Lui, est bien décidé à "déployer ce plan dans toutes ses dimensions" : travaux d'aménagement en vue d'un habitat "plus inclusif" (notamment pour financer l'adaptation de 250.000 salles de bain, a souligné le ministre), pour lequel Action Logement a décidé de consacrer 2 milliards d'euros ; transformation des bureaux vacants en logements pour les salariés (1,5 milliard d'euros), dispositif en faveur de l'habitat ultra-marin (1,5 milliard également), travaux de rénovation énergétique (1 milliard)… Interrogé en marge des déclarations officielles, Julien Denormandie a précisé que les questions posées en réunions interministérielles portent en premier lieu sur le choix des critères de sélection des projets pour ces différentes enveloppes.
Il a également évoqué la question du mode de financement du plan qui, pour rappel, se ferait via "un recours accru à un endettement maîtrisé et soutenable", avait annoncé Action Logement le 10 janvier. Car si le groupe a déjà emprunté, c'était auprès de la Caisse des Dépôts et jamais dans de telles dimensions, souligne le ministre. "Par ce plan d'une ampleur inédite – 9 milliards d'euros - on valide le recours à de la dette", explique-t-il. Une "nouveauté" dont le principe ne semble pas encore partagé au sein du gouvernement. 
Pour sa part, Julien Denormandie semble confiant du dénouement, et ne se sent "pas du tout dépossédé" de la politique publique du logement dans la mesure où il a "travaillé des heures" sur ce plan, dans un esprit "partenarial".

Un bilan un an après la signature 2018-2022 avec l'Etat

Au chapitre du bilan 2018, Bruno Arcadipane a listé avec délectation les actions engagées depuis la signature il y a un an, le 16 janvier 2018, de la Convention 2018-2022 entre l'Etat et Action Logement. La convention prévoit de mobiliser un total de plus de quinze milliards d'euros sur 5 ans dont 2 milliards de plus pour l'Anru, 1,5 milliard pour la revitalisation des centres des villes moyennes, 2 milliards pour bonifier les prêts de haut de bilan, la création d'une structure de portage de l'achat en bloc de logements HLM... (voir notre article du 17 janvier 2018).
La nouvelle convention de financement  du NPNRU a été signée le 11 juillet 2018, portant à 70% la participation d'Action Logement à cet "Anru 2" . Aujourd'hui, "179 projets de renouvellement urbain ont été validés", se félicite Bruno Arcadipane.

L'installation de l'opérateur national de vente HLM programmée en février

Il se réjouit également du succès du dispositif PHB 2.0 avec "742 millions d'euros accordés aux opérateurs de logement social, pour un objectif, je le rappelle, de 700 millions d'euros, ce qui correspondant à la production de 106.000 logements". 
L'opérateur national de vente (ONV), également prévu dans la convention avec l'Etat et confirmé le 7 juin dernier, serait installé "en février", a indiqué Bruno Arcadipane à la presse. Suite au premier appel à manifestation d'intérêt (AMI), qui a permis d'identifier 11.000 logements que les bailleurs sociaux sont disposés à vendre, un second AMI serait lancé dans la foulée de l'installation officielle de l'ONV. Bruno Arcadipane nous a bien confirmé que l'ONV est conçu pour être en capacité d'acquérir les 40.000 logements que le gouvernement souhaiterait voir mis en vente par les bailleurs sociaux (pour ensuite les  proposer lui-même à la vente).

Les 222 maires de coeur de ville contactés

Concernant le programme Action cœur de ville, dans lequel Action Logement met 1,5 milliard d'euros, "nous sommes entrés dans la phase opérationnelle", a-t-il déclaré. "Les maires des 222 villes ont été contactés, pour leur proposer un soutien financier et un soutien technique", a-t-il précisé. Les conventions d'application, contractualisées en direct avec les élus locaux, sont en cours de signature
Le dispositif Visale a touché en 2018 "trois fois plus de salariés" que l'année précédente, portant le nombre actuel de bénéficiaires à près de 100.000, à la faveur d'une refonte en profondeur.
Le lancement en 2018 de l'expérimentation "Louer pour l'emploi" a visiblement convaincu puisque le président d'Action Logement a annoncé sa "généralisation" cette année.
Enfin, le groupe a livré 24.000 logements en 2018, soit +12 % en un an, s'est-il félicité.
Pour 2019, il a invité ses équipes à approfondir la démarche client. "Ceux qui nous font avancer, ce sont nos clients, ce sont les entreprises et les salariés de ces entreprises", a-t-il déclaré.

Haut de page