Localtis
Jean-Noël Escudié / P2C pour Localtis

Tourisme - Atout France risque de devoir fermer des bureaux de promotion à l'étranger

Tourisme, culture, loisirs

Europe et international

Développement économique

Le quotidien spécialisé "L'Écho touristique" révèle une note diplomatique en date du 7 février, présentant un point de situation et les prochaines étapes de la réforme des réseaux de l'État à l'étranger. Signée du secrétaire général du Quai d'Orsay, elle rend compte d'un arbitrage du Premier ministre visant "une cible globale de réduction de la masse salariale à l’étranger pour le MEAE de 45,1 millions d'euros pour la période du 1er juillet 2018 au 31 décembre 2022". Cette réduction s'inscrit dans le cadre, beaucoup plus large, de la recherche d'économies budgétaires après les dix milliards d'euros de dépenses supplémentaires décidées pour répondre à la crise des gilets jaunes.
Dans ce cadre, la masse salariale d'Atout France pourrait être réduite de quatre millions d'euros, ce qui représenterait 30% de son montant. Une telle réduction pourrait conduire à supprimer une partie de ses 340 postes actuels et à fermer certains des 32 bureaux dont l'organisme de promotion dispose aujourd'hui à l'étranger.
Lors du Comité interministériel du tourisme (CIT) du 19 janvier 2018, le Premier ministre avait confirmé l'objectif de 100 millions de visiteurs internationaux et de 60 milliards d’euros de recettes à l'horizon 2020 (voir notre article ci-dessous du même jour). Or les restrictions envisagées pourraient avoir des conséquences, y compris pour les collectivités et les acteurs locaux. Ce même CIT avait en effet désigné Atout France comme la porte d’entrée unique pour tous les territoires désireux d’investir dans de nouveaux projets.

Haut de page