Localtis

Transports - Autocars "Macron" : fréquentation et recettes en hausse au troisième trimestre 2016

Publié le
par
Anne Lenormand
dans

La période estivale, propice aux déplacements de longue distance, a bien profité aux autocars "Macron" : avec près de 2 millions de passagers transportés de juillet à septembre, ils ont enregistré une hausse de fréquentation de 33% par rapport au trimestre précédent, a indiqué l'Autorité de régulation des activités ferroviaires et routières (Arafer) dans un nouveau bilan diffusé le 12 décembre. Depuis l'ouverture du marché le 8 août 2015, 5,35 millions de passagers ont voyagé à bord de ces autocars longue distance, et le chiffre d'affaires des opérateurs atteint 68 millions d'euros.
Le troisième trimestre a vu le marché se concentrer, passant de cinq à trois acteurs : les activités commerciales de Megabus en Europe continentale ont été rachetées par FlixBus, Starshipper est passé sous franchise Ouibus. L'allemand FlixBus propose désormais 49% des places, la filiale de la SNCF, Ouibus, en propose 32%, et les filiales de Transdev, Eurolines et Isilines, 19%. A noter, Transdev a récemment saisi l'Autorité de la concurrence à l'encontre de la SNCF, pour abus de position dominante de sa filiale Ouibus, et a demandé des mesures conservatoires afin qu'elle ne puisse plus recapitaliser cette société.
Au cours des mois d'été, les autocaristes ont continué à ouvrir de nouvelles destinations sur l'Hexagone, indique encore le gendarme du rail et de la route : 205 nouvelles liaisons (+28%) ont été créées, portant à 1.310 le nombre total de liaisons commercialisées qui relient près de 210 villes. 42 liaisons de moins de 100 kilomètres étaient commercialisées fin septembre. 7.000 voyageurs les ont empruntées, soit 2% de la fréquentation des lignes de longue distance sur lesquelles sont proposées ces dessertes et moins de 1 passager par autocar en moyenne. Pour l'Arafer, le risque de concurrence avec des services de transport conventionnés (notamment TER) sur ces mêmes trajets est donc limité.
Tandis que le taux de remplissage des autocars Macron est passé de 30% en début d'année à près de 47% au troisième trimestre, les opérateurs ont continué à relever leurs tarifs, la recette moyenne par voyageur augmentant de près de 10% à environ 14 euros hors taxes pour un trajet moyen de 342 km. La recette moyenne par passager aux 100 kilomètres continue aussi de progresser, atteignant "4 euros hors taxes", en hausse de 30 centimes par rapport au deuxième trimestre, détaille le régulateur dans son rapport.
Le gendarme du rail et de la route explique que "cette hausse des prix associée à la hausse de fréquentation explique le nouvel élan du chiffre d'affaires qui s'élève à 27,7 millions d'euros" pour l'ensemble des opérateurs au troisième trimestre, soit un bond de 46% par rapport au deuxième trimestre. Par contre, les créations d'emplois se poursuivent à un rythme moins soutenu que les trimestres précédents, constate l'Arafer : au 30 septembre 2016, le secteur employait près de 2.050 équivalents temps plein (ETP), soit seulement 50 ETP de plus sur le trimestre.
Sur les liaisons de moins de 100 km, régulées par l'Arafer depuis le 15 octobre 2015, 14 transporteurs ont déclaré près de 230 liaisons au 12 décembre 2016 et 90 d'entre elles ont fait l'objet de demandes d'interdiction ou de limitation de la part d'autorités organisatrices de transport, principalement des régions. L'Arafer a rendu 17 avis favorables aux demandes d'interdiction et/ou de limitation de services, 5 avis favorables avec réserve et 66 avis défavorables. Tous sont consultables sur le site de l'Autorité.
 

Haut de page