Sport / Santé - Avec les Chemins de la forme, Biarritz invente le parcours santé 2.0

Jusqu'à présent, pour faire du sport en milieu urbain, il suffisait de chausser une paire de baskets. Désormais, il conviendra de se munir d'un smartphone. La ville de Biarritz propose en effet depuis peu des parcours santé nouvelle génération, truffés de technologies numériques.
Les deux premiers ont été inaugurés vendredi 29 novembre. Partant chacun du casino municipal et longeant le littoral selon des itinéraires communément empruntés par la population, vers le nord pour l'un, vers le sud pour l'autre, ces Chemins de la forme sont jalonnés de panneaux. Sur ces panneaux, un flashcode permet de télécharger sur son téléphone intelligent une vidéo décrivant des exercices à faire, expliquant l'intérêt de chaque exercice et distillant des conseils. Tous les contenus ont été validés par des experts et n'offrent aucun danger pour les non-sportifs. Dans une ville qui compte 40% de citoyens âgés de plus de soixante ans (soit près de deux fois la moyenne nationale), il n'est évidemment pas question de transformer la population en dieux du stade. "Il s'agit de faire de la prévention par l'activité physique", a expliqué le professeur Gérard Saillant, président de Biarritz sport santé, l'association porteuse du projet. "Le but est de pratiquer une activité physique sans même s'en rendre compte", a complété Georges Vanderchmitt, copromoteur du projet.

Les associations au cœur du dispositif

Les deux parcours suivent les recommandations des grandes institutions de santé qui préconisent trente minutes d’activité physique quotidienne. Chacun s'étend ainsi sur un peu moins de deux kilomètres et comporte des "difficultés", comme la montée d'escaliers. Car une des particularités de ces parcours est de s'appuyer sur le mobilier urbain existant (bancs, trottoirs…), sans faire appel à des installations spécifiques. Ils sont donc parfaitement intégrés dans la ville.
S'ils s'adressent à tout le monde, les Chemins de la forme visent particulièrement les seniors et les enfants. Ils s'inscrivent par ailleurs dans une politique municipale globale en faveur de l'activité physique des habitants qui comprend également depuis cinq ans un rendez-vous ponctuel : les Ateliers de la forme. "Avec ces nouveaux parcours, nous créons un fil rouge tout au long de l'année", a commenté Gérard Saillant.
Parmi les futurs facteurs de réussite, la participation des acteurs locaux sera primordiale. "On va insister maintenant sur l'utilisation, notamment par les associations. Le vrai enjeu est que les Chemins de la forme deviennent un instrument au service des associations, du secteur privé, pour créer du lien social", a précisé Gilles Bouilhaguet, ancien préfet des Pyrénées-Atlantiques et copromoteur du projet. Des rendez-vous ouverts à tous seront régulièrement proposés pour faire parcourir en groupe les Chemins de la forme. A cet effet, des partenariats ont déjà été conclus avec une association de gymnastique volontaire, le Biarritz olympique et un club de randonnée pédestre. Des entreprises sont également partenaires, à l'image du Sofitel, qui met des iPad à disposition de ses clients.

Un exemple duplicable pour un faible coût

Le secteur privé a également pris sa part au financement de l'opération, la municipalité ne s'engageant auprès de Biarritz sport santé qu'à hauteur d'un tiers du budget de l'association, d'un montant de 100.000 euros annuels. Quant au coût de la mise en place des deux premiers parcours, il s'élève à 30.000 euros. "Quelques milliers d'euros" étant pour leur part destinés au fonctionnement. "Ce qui est fait ici à Biarritz peut être dupliqué à un coût faible", a ajouté Gilles Bouilhaguet.
Alors, les Chemins de la forme, une initiative destinée à des seniors technophiles en mal d'activité sportive ? Pas seulement ! Si l'accent a été mis sur les nouvelles technologies, un simple dépliant gratuit décrivant les parcours et les exercices à faire est disponible à l'office du tourisme. Voilà pour les allergiques aux smartphones ! Quant à ceux que l'idée de faire de l'exercice n'effleure pas, ils pourront bénéficier de la visite culturelle et historique. Certains panneaux des parcours disposent en effet de flashcodes renvoyant vers des vidéos racontant la riche histoire de Biarritz, station balnéaire des têtes couronnées depuis Napoléon III. "Le parcours sportif est beaucoup plus attractif quand il est doublé d'un parcours culturel. Des études l'ont montré", a précisé Edwige Avice, ancienne ministre des Sports, lors des 4es rencontres de Biarritz, dédiées au sport santé et tenues au lendemain de l'inauguration des Chemins de la forme. Les amateurs d'environnement ne sont pas en reste : les deux prochains parcours, attendus pour 2014, se déclineront sur le thème de la nature.
Si l'essai demande à être transformé, les Chemins de la forme ont déjà fait un adepte. Didier Borotra, maire de Biarritz depuis 1991, a renoncé à se représenter aux élections municipales de mars 2014. La raison ? "J'ai décidé de prendre ma retraite de maire pour m'adonner à l'exercice physique", a cabotiné l'élu lors de l'inauguration.

Jean Damien Lesay

Plan gouvernemental sport-santé : un an de travail de fond

Plus de un an après la présentation en Conseil des ministres du plan du gouvernement visant à faire de la pratique des activités physiques et sportives un outil essentiel de la stratégie nationale de santé publique, où en est-on ?
Selon nos informations, si aucune action spectaculaire n'a vu le jour, c'est parce que les deux administrations concernées, les ministères des Sports et de la Santé, ont travaillé sur le fond des sujets afin de mettre en place "la tuyauterie". Les directions régionales jeunesse et sport (DRJS) et les agences régionales de santé, qui n'avaient jusqu'alors jamais collaboré, ont donc pris une année pour apprendre à travailler ensemble. Une de leurs tâches consistant à imaginer une formation transversale pour chaque partie prenante d'un projet de sport-santé, les médecins d'un côté, les éducateurs de l'autre.
Autre réalisation peu spectaculaire mais révélatrice du caractère prioritaire du sujet : un pôle ressources sport-santé a été installé au ministère des Sports. Le seul des pôles ressources à être hébergé à Paris, à portée de main de Valérie Fourneyron.
L'enveloppe budgétaire (trois millions d'euros répartis à égalité entre les deux ministères) n'a cependant pas encore fait l'objet d'un fléchage précis. Et aucune labellisation n'est prévue à l'heure actuelle. Priorité est donc donnée aux initiatives dans les territoires. Un rapport sur le sport-santé des seniors, attendu prochainement, devrait ouvrir des pistes plus concrètes.

 

Pour aller plus loin

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

* champs obligatoires

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle