Service public - Des collectivités créent une alliance pour faciliter le retour en gestion publique de l'eau

Quatorze collectivités territoriales réunies le 6 juillet à Mont-de-Marsan ont créé l'Alliance France eau publique dont le but est d'aider "celles qui veulent revenir en gestion publique de l'eau", a annoncé à l'AFP le président PS du conseil général des Landes, Henri Emmanuelli. "Son but est d'avoir un interlocuteur qui puisse donner aux élus locaux à la fois les informations nécessaires, les assister techniquement et leur fournir le mode d'emploi pour revenir en gestion publique de l'eau", a indiqué l'élu pour lequel "de très fortes pressions sont exercées" lorsqu'une collectivité souhaite revenir en régie publique. "Il y a aujourd'hui un mouvement national assez puissant faisant que le nombre de régies publiques a été quasiment doublé en quelques années. Et le mouvement s'amplifie", a-t-il estimé.
L'Alliance France eau publique a été créée à l'intérieur de la Fédération nationale des collectivités concédantes et régies (FNCCR) qui regroupe plus de 500 collectivités territoriales, établissements publics de coopération et régies, spécialisés dans les services publics locaux de distribution d'électricité, de gaz, d'eau et d'assainissement. Les membres de l'Alliance affirment que "la gestion de ce bien public et vital ne peut être soumise à des intérêts privés" et considèrent que "seule la gestion publique de l'eau permet de garantir une gestion durable et solidaire du service public, de son patrimoine et de la ressource".
Selon la Charte adoptée le 6 juillet, "l'eau est un bien commun, l'accès à l'eau de tous constitue un droit humain inaliénable et la nécessaire performance de sa gestion doit être mise au service exclusif de l'intérêt général". Pour Henri Emmanuelli, "l'eau en régie publique est moins chère". "La gestion publique, si elle est bien faite, c'est la gestion privée moins les bénéfices de la compagnie privée", a-t-il dit. "Lorsque les régies publiques font des travaux elles les amortissent sur 60 ans alors que le privé amortit sur 20 ans. Cela n'a donc pas le même impact sur le prix de l'eau ou de l'assainissement."

 

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

* champs obligatoires

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle