Écoles du 4.0 : un appel à manifestation d’intérêt pour soutenir 20 projets de formation innovants

Le gouvernement, en association avec la Banque des Territoires, vient d’annoncer un appel à manifestation d’intérêt, ouvert jusqu’au 31 mars 2022, qui vise à soutenir 20 projets de formation innovants pour préparer l’ère de l’Industrie du futur.

Également appelé Industrie du futur, le concept de 4.0 désigne une nouvelle génération d’usines connectées, robotisées et intelligentes dans laquelle les collaborateurs, les machines et les produits interagissent en permanence grâce à l’apport des nouvelles technologies, en particulier de l’Internet des objets (IOT). Soucieux de faire rentrer l’appareil de production hexagonal au plus vite dans cette nouvelle ère, le gouvernement a annoncé le 26 novembre le lancement d’un appel à manifestation d’intérêt intitulé "Territoires d’industrie 4.0 : anticiper les compétences de demain". Il vise à soutenir 20 projets de formation innovants mis en œuvre par de futures "écoles de production" (ouvertures d’ici 2023). Ces structures privées, alternatives à l’apprentissage, sont basées sur le concept du "faire pour apprendre", les élèves répondant à des commandes pour des clients réels. Les porteurs de projets pourront être des associations d’entreprises ou de personnes physiques, des fédérations d’entreprises ou même une entreprise seule. Il pourra également s’agir d’une collectivité territoriale, en partenariat avec les entreprises de leur territoire, si le projet est non mature et nécessite dans un premier temps un soutien en ingénierie.  

Subventions pour les plateaux techniques

Le soutien des 20 projets lauréats prendra la forme d’un accompagnement sur mesure durant toute la vie du projet. En amont, la Banque des Territoires cofinancera jusqu’à 50.000 euros pour la réalisation des études permettant d’établir le modèle économique et l’architecture pédagogique. Pour aider les futures écoles de production à se doter d'outils professionnels, une subvention d’au maximum 50% dans une limite de 800.000 euros, pourra être accordée. Elle permettra des investissements immatériels et matériels liés à des plateaux techniques 4.0. Cette aide sera engagée via le fonds d’accélération des investissements industriels dans les territoires issus de France Relance. L’État mobilisera une enveloppe de 6,5 millions d’euros pour les 13 premiers projets, puis une deuxième complémentaire de 10 millions. Pour les projets n’ayant pas trouvé leur modèle économique à court-terme, une subvention d’amorçage d’un montant maximum de 100.000 euros est prévue pour les investissements immatériels initiaux et le besoin en fonds de roulement sur les premières années d’activité. Les projets dont le modèle économique est viable bénéficieront de la part de la Banque des Territoires d’un accompagnement en investissements immatériels directs en fonds propres ou quasi-fonds propres, et auprès d’autres financeurs, pour un montant minimum de 200.000 euros et à hauteur de 50% maximum du besoin. 

Dernier "coup de pouce" apporté par la Banque des Territoires : elle met à disposition "Dataviz Territoires d’industrie", son service de data visualisation et de cartographie agrégeant des données publiques et privées. L’objectif est d’aider les candidats à qualifier et quantifier les besoins et les métiers industriels en tension dans les territoires. L’AMI "Territoires d’industrie 4.0 : anticiper les compétences de demain" se terminera au 31 mars 2022.  

 

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

* champs obligatoires

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle