Localtis, un média Banque des territoires

En deux ans, le "Logement d'abord" a permis à 150.000 personnes de sortir de la précarité

Selon le bilan présenté ce 30 janvier par Julien Denormandie, le plan a permis l'an dernier à 81.000 personnes anciennement à la rue ou hébergées d'être accompagnées vers un logement. L'acte II de Logement d'abord s'accompagne d'une rallonge budgétaire de 60 millions d'euros.

Alors que la fondation Abbé-Pierre publie son 25e rapport annuel sur le mal-logement en France (voir notre article ci-dessous du 29 janvier 2020), Julien Denormandie a présenté, ce 30 janvier, les résultats du dispositif "Logement d'abord" pour l'année 2019. Le ministre de la Ville et du Logement fixe également "comme axe majeur en 2020 le renforcement de l'accompagnement social vers et dans le logement". Le bilan présenté fait état de 150.000 personnes "sorties de la rue" depuis la mise en place du plan annoncé par Emmanuel Macron en septembre 2017 (voir notre article ci-dessous du 11 septembre 2017). Celui-ci repose sur une double approche : un renforcement des capacités de mise à l'abri (hébergement d'urgence) et, pour éviter le retour à la rue, un accompagnement vers des solutions de logement plus pérennes.

Sur ses deux années de mise en œuvre effective, le plan a permis l'an dernier à 81.000 personnes anciennement à la rue ou hébergées de sortir, par le haut, vers un logement. Pour cela, le dispositif mobilise trois leviers : l'accès à des logements du parc social (plus de 51.000 personnes l'an dernier, contre 47.000 en 2018), la mobilisation du parc privé (25.000 bénéficiaires de l'intermédiation locative, soit +20% sur un an) et, enfin, le recours au logement adapté, avec près de 5.000 personnes qui ont pu s'installer dans une pension de famille. Sur ce dernier point le ministre du Logement précise que "les 1.279 places créées en 2019 correspondent à des projets conçus avant le lancement du plan et le rythme devrait s'intensifier en 2020 et 2021". En ajoutant les 70.000 personnes sorties de la rue ou de centres d'hébergement et accompagnées vers un logement en 2018, on arrive bien au total de 150.000 personnes évoqué par Julien Denormandie.

Le ministre revient également sur le lancement de "l'acte II" du Logement d'abord. Celui-ci a été présenté le 13 septembre dernier, à l'occasion de la première Conférence nationale des acteurs de la Stratégie de prévention et de lutte contre la pauvreté, organisée à Aubervilliers (voir notre article ci-dessous du même jour). Cet acte II s'est accompagné d'une rallonge budgétaire de 60 millions d'euros. Celle-ci permettra notamment, dès cette année, d'abonder de 15 millions d'euros (apportés par les bailleurs) le fonds national d'accompagnement vers et dans le logement (FNAVDL), mais aussi de renforcer les crédits affectés à l'Île-de-France (passés de 11 à 17 millions d'euros) et de l'outre-mer (doublés à 1,5 million).

Julien Denormandie appelle aussi au déploiement de nouvelles méthodes et de nouveaux outils. Il cite en particulier la mise sur pied d'une mission d'appui aux centres d'hébergement centrée à 100% sur l'accès au logement (lancée dès le mois de février en Île-de-France). Trois millions d'euros y seront consacrés et "plusieurs dizaines d'agents" seront recrutés au sein du GIP "Habitat et interventions sociales, qui mène déjà des actions fortes pour l'État en matière de relogement des réfugiés et de coordination d'accès au logement".

 

Pour aller plus loin

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle