Formation et apprentissage : les établissements accessibles sous certaines conditions

Contrairement au premier confinement du printemps, les opérateurs chargés de la mise en œuvre des politiques de l’emploi restent ouverts pendant la période de reconfinement. Dans les organismes de formation et centres de formation des apprentis (CFA), le distanciel reste la règle sauf pour les publics sensibles et les formations techniques.

Malgré le reconfinement, Pôle emploi, l’Apec (emploi des cadres), les missions locales, Cap emploi, les centres Afpa, les opérateurs de conseil en évolution professionnelle (CEP) continueront à accueillir leurs usagers. En revanche, en ce qui concerne les organismes de formation et les centres de formation des apprentis (CFA), la présence dans les établissements est admise à certains publics (personnes ayant besoin d’un encadrement pédagogique en présentiel ou confrontées à des risques de fracture numérique) et si la formation "ne peut être effectuée à distance", précise le ministère du Travail.

Ainsi, "l’accueil en présentiel pourra être justifié en raison de la nature de l’activité (par exemple des formations à un geste professionnel et/ou nécessitant l’utilisation d’un plateau technique)". "Dans les autres cas, la formation se fera à distance", impose le ministère du Travail, ce qui nécessite de la part des organismes de formation et des CFA qu’ils s’assurent du "maintien du lien, au quotidien, avec les personnes engagées dans une formation, à travers différentes modalités".

Les professionnels satisfaits

Des conditions qui satisfont les professionnels. En effet, tant la FFP (Fédération de la formation professionnelle) que la Fnadir (Fédération nationale des associations régionales de directeurs de CFA) saluent ces dispositifs "équilibrés" qu’ils souhaitaient. "Le fait de pouvoir faire venir en centre des publics plus sensibles ou pour suivre des formations techniques est une très bonne chose", approuve Roselyne Hubert, la présidente de la Fnadir.

Pour la FFP, "maintenir la formation, c’est préserver nos chances de 'former plutôt que licencier', et la capacité de notre pays de rebondir à court, moyen et long terme", soulignant dans un communiqué que "les acteurs de la formation ont fortement investi dans leur transformation digitale, et sont en capacité de proposer à leurs apprenants des formations à distance de grande qualité".

Si Roselyne Hubert confirme que les familles se sont équipées en matériel informatique pour permettre à leurs enfants de suivre des cours à distance, les CFA, bien qu’ils aient pu bénéficier de l’aide à l’équipement de leurs élèves prévue dans le plan de relance (maximum 500 euros), se heurtent à deux écueils : les importants délais de livraison face à la crue des commandes et le faible niveau du montant, sachant que l’enveloppe prévue comprend également l’acquisition du matériel nécessaire à la formation suivie (boîte de couteaux pour les bouchers par exemple). En revanche, la présidente de la Fnadir assure que les CFA pourront assurer "le maintien du lien quotidien même à distance", ce qui passe en premier lieu par la pédagogie avec notamment un appel à chaque cours.

 

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle