Localtis

FttH : forte accélération dans les RIP, carton rouge pour les zones Amii

Publié le
par
Lucas Boncourt / EVS pour Localtis
dans

Infrastructures numériques, données

L'Arcep a publié le 5 septembre 2019 les chiffres trimestriels du très haut débit fixe. Si le rythme des déploiements s'accélère dans les territoires pilotés par les collectivités, les zones d'appel à manifestation d'intérêt d'investissement (Amii) apparaissent très en retard alors même que les opérateurs doivent les avoir couverts fin 2020.

L'Arcep a révélé les statistiques de déploiement de la fibre à domicile au 30 juin 2019. Globalement, "ce trimestre confirme la progression continue du nombre d’abonnements et du déploiement de la fibre" se félicite l'autorité. L'accélération se confirme en effet avec un record de 1,13 million de prises pour ce seul second trimestre, un record. Au 30 juin 2019, 15,58 millions de locaux étaient éligibles aux offres FttH, soit 32 % d'augmentation sur un an.

L'accélération en zone Amii se fait attendre

Sur une année pleine le nombre de livraisons atteint 3,39 millions de prises. Un chiffre qui reste cependant assez loin du seuil des 4 millions de prises par an nécessaires (évalué par les industriels) pour atteindre les objectifs gouvernementaux de 80% des locaux fibrés à échéance de 2022. Les réseaux d'initiative publique (RIP), avec quelques 323.000 nouveaux locaux raccordés (235.000 pour le premier trimestre / T1), contribuent largement à ces bons chiffres. La couverture des zones Amii a en revanche de quoi inquiéter. Orange et SFR se sont en effet engagés à rendre raccordables 92% des locaux des communes Amii dont ils ont la charge d'ici la fin 2020. Un an et demi avant cette échéance, 55% des locaux ont été effectivement raccordés par Orange (50% au T1), chiffre qui atteint à peine 44% (40% au T1) dans les communes desservis par SFR. Si l'autorité invite poliment les deux opérateurs à "intensifier les déploiements", elle rappelle aussi que ces engagements ont été pris dans le cadre de l'article L33.13 du CPCE. Une disposition qui confère à l'autorité le droit de prononcer des sanctions financières en cas de non-respect de leurs engagements mais qui est aujourd'hui menacée par la question prioritaire de constitutionnalité déposée fin août par Orange (lire notre article).

La concurrence progresse sur les RIP

Côté abonnements, l'autorité note que plus de 10 millions de foyers disposent désormais d'un abonnement supérieur à 30 Mbit/s, l'accroissement venant pour l'essentiel des abonnés à la fibre. L'Arcep fait aussi état de progrès en matière de mutualisation dont le taux passe à 44%. Ce taux mesure l'intensité de la concurrence sur les RIP avec la présence d'au moins deux opérateurs proposant des offres FttH. Les communiqués de presse se sont du reste succédé ces dernières semaines pour annoncer des arrivées ponctuelles - comme Free sur le réseau de Vaucluse numérique - ou des accords cadre. Dernier en date, celui annoncé le 4 septembre entre Altitude et Orange pour permettre à ce dernier de proposer ses offres à 3,5 millions de foyers dans 22 départements ruraux.

L'ensemble des données publiées par l'Arcep sont disponibles en open data ou sur le site cartefibre.

Haut de page