Insertion par le sport : des pistes en vue pour la mission menée par Karl Olive

France urbaine, auditionnée par la mission conduite par le maire de Poissy sur l’insertion des habitants des quartiers de la politique de la ville par le sport, révèle quelques-unes des futures recommandations. La création de contrats locaux du sport et une nouvelle impulsion en faveur du sport-santé figurent en bonne place.

Le rapport de Karl Olive, maire de Poissy, sur l’insertion des habitants des quartiers de la politique de la ville (QPV) par le sport n'est pas encore finalisé, mais on en connaît déjà les grandes lignes. À la suite de son audition dans le cadre de cette mission, Pierre Rabadan, adjoint à la maire de Paris chargé du sport et coprésident de la commission sport de France urbaine, en a révélé les premières conclusions.

La mesure-phare devrait consister à promouvoir des contrats locaux spécifiques au sport – sur le modèle des contrats locaux de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD) – "afin de rassembler tous les acteurs publics et privés intéressés et faire du sport un enjeu global et intégré de cohésion sociale, de développement économique et urbain et de transition écologique des territoires", pointe France urbaine. L’Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru) et l’Agence nationale du sport (ANS) pourraient tenir un rôle prépondérant pour accompagner les projets d’équipements et d’infrastructures dans le cadre de tels contrats.

France urbaine souligne également que dans son rapport définitif, Karl Olive devrait largement insister sur le sport-santé, auquel  "une impulsion nouvelle mérite d’être donnée". Il devrait être proposé que le sport figure "en bonne place" dans les orientations stratégiques des futurs contrats locaux de santé (CLS).

Des propositions déjà adoptées au Sénat…

En termes d'équipements, le maire de Poissy souhaiterait maintenir disponibles et accessibles les équipements sportifs de proximité, avec l’ouverture des stades et gymnases à des horaires décalés, une position également défendue par France urbaine. Par ailleurs, il s'est dit favorable à ce que les équipements scolaires puissent être laissés ouverts hors du temps scolaire dans tous les lycées, collèges et écoles, une bonne pratique qui, aujourd'hui, ne repose "que sur la bonne volonté des chefs d’établissement".

Enfin, France urbaine affirme que Karl Olive s’est déclaré ouvert à l’idée de reprendre plusieurs propositions de son étude intitulée "Sport et QPV : état des lieux et recommandations" publiée il y a bientôt un an (lire notre article du 1er mars 2021). Et notamment celle visant à attribuer une enveloppe de 1% du budget global des Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024 à des projets ou dynamiques présentes dans les villes comprenant des QPV.

On notera que, tant sur la question du sport-santé que sur celle de l'accès des équipements sportifs des établissements scolaires en dehors des heures scolaires à un public extrascolaire, des réponses viennent d'être apportées par la proposition de loi visant à démocratiser le sport, adoptée en première lecture au Sénat le 19 janvier.

Commandé en octobre 2021 par Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, Roxana Maracineanu, ministre déléguée chargée des Sports, et Nadia Hai, ministre déléguée chargée de la Ville, le rapport de Karl Olive est attendu d'ici la fin du mois de janvier.

 

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle