La métropole du Grand Paris et l’Etat vont signer un contrat de relance et de transition énergétique (CRTE)

La métropole du Grand Paris a adopté vendredi 12 février 2021, à l’unanimité une délibération contenant le contrat de relance et de transition énergétique (CRTE), qu’elle signera avec l’Etat la semaine prochaine. Présenté comme un nouveau cadre de dialogue, ce contrat "permettra de faire converger les priorités de l'État et le projet de territoire de la métropole du Grand Paris". 

C’est, en résumé, le croisement du plan de relance de l’Etat, et ses 100 milliards d’euros de crédits annoncés, avec celui de la métropole (dotée de 100 millions) qui constitue le contrat de relance et de transition énergétique (CRTE), adopté vendredi 12 février 2021 par la métropole du Grand Paris réunie en conseil.

"Dans la poursuite du Pacte métropolitain d’innovation signé par l’Etat et la métropole le 19 janvier 2017, le présent contrat de relance et de transition écologique permet à l’État et la métropole d’identifier et de partager leurs objectifs communs, leurs moyens ainsi que la méthodologie de travail partagée qu’ils entendent conjointement déployer pour maximiser l’impact de leurs efforts de relance respectifs et assurer la meilleure déclinaison territoriale du plan France Relance, en synergie avec le plan de relance métropolitain", indique la délibération adoptée. Ce contrat porte sur des actions financées conjointement par l’État et la métropole du Grand Paris ou sur des actions conduites de façon distincte dans des domaines communs.

Un vaste champ d’intervention

L’État s’appuiera notamment, dans ce cadre, sur le programme d’investissements d’avenir (PIA), les dotations de soutien à la rénovation énergétique des bâtiments de collectivités locales et ses instruments de cohésion territoriale. Il mobilisera l’ensemble de ses opérateurs, notamment l’ANCT, l’Anah, l’Ademe (*), la Banque des Territoires et Bpifrance. La métropole du Grand Paris est associée à la mise en œuvre et participe au comité régional de suivi et de pilotage qui supervise le déploiement des mesures du plan de relance.

Ces actions porteront dans les domaines suivants :

1. Le développement et le rayonnement économiques :

- Les centres-villes vivants
- Le soutien aux entreprises et à la relocalisation
- Le numérique
- L'alimentation durable et l'agriculture urbaine

2. La transition écologique :

- La reconquête des friches urbaines
- Les quartiers de gare
- Le contrat de Projet partenarial d’aménagement (PPA) - Les activités fluviales
- Les mobilités durables
- La ZFE métropolitaine
- La rénovation énergétique des bâtiments
- Les forêts

3. Les solidarités :

- La rénovation du parc immobilier et les copropriétés dégradées
- La santé

 

* ANCT : Agence nationale de cohésion territoriale ; Anah : Agence nationale d’amélioration de l’habitat ; Ademe : Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie

Les présidents de territoire inquiets

Christine Lavarde, (LR – Boulogne) a exprimé, lors de cette séance, l’inquiétude des présidents des établissements publics territoriaux (EPT) qui redoutent, selon elle, que ce Contrat de relance et de transition énergétique (CRTE) prive les territoires de signer avec l’Etat des contrats dans le cadre de la territorialisation du plan de relance.

 

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle