La métropole Rouen Normandie teste les véhicules autonomes dans un quartier périphérique (76)

Publié le
par
Olivier Devillers
dans

Transport mobilité durable

Seine-Maritime

Depuis l'automne 2018, la métropole Rouen Normandie accueille une expérimentation labellisée de véhicules autonomes circulant en conditions réelles sur routes ouvertes. L'occasion de mesurer le degré d’acceptation des usagers et de mieux comprendre les incidences du véhicule autonome sur les infrastructures de voirie.

Des voitures électriques Zoé aux couleurs de la métropole Rouen Normandie (77 communes, 490.001 habitants) sillonnent depuis octobre 2018 le technopôle du Madrillet. Leur particularité ? Leur chauffeur ne touche pas le volant : dans ces véhicules autonomes, la conduite est intégralement prise en charge par des algorithmes conçus par le constructeur automobile. "Cette expérimentation est la première à être réalisée grandeur nature en espace ouvert. Ce qui signifie que les véhicules test doivent s'insérer dans la circulation habituelle aux côtés des voitures individuelles classiques, utilitaires, deux-roues et piétons", explique le président de la métropole Rouen Normandie, Frédéric Sanchez. Et cela dans le cadre d’un consortium de projet associant notamment autorité organisatrice de la mobilité, constructeur automobile et assureur. Elle fait partie des seize expériences soutenue par l’État et labellisées à la suite d’un appel à projets  de l’Ademe (voir encadrés)

Une des solutions pour mieux desservir des zones périurbaines

"En tant qu'autorité organisatrice de la mobilité, nous sommes intéressés par toutes les solutions pouvant remédier à l'enclavement des zones périurbaines et rurales, aujourd'hui dépourvues de transports publics" précise l'élu. D’où le choix du technopôle du Madrillet :  malgré la concentration d'établissements supérieurs, de bureaux et d'espaces résidentiels, cette zone située en périphérie de la ville ne génère pas suffisamment de trafic pour envisager l'implantation d'une ligne de transport classique.
Concrètement, quatre véhicules Zoé pouvant transporter trois passagers et un minibus de 16 personnes, d’ici la fin de l’année 2019, circulent sur trois boucles de transport prédéfinies, totalisant 10,5 kilomètres et 17 arrêts dans le quartier du Madrillet. Après avoir roulé à titre de test plusieurs semaines à vide, les véhicules autonomes embarquent depuis l'automne 2018 des usagers volontaires : salariés, étudiants ou habitants du quartier. Le service se rapproche du transport à la demande (TAD), avec des réservations qui s'effectuent en quelques clics via une application mobile. À la différence des TAD, le chauffeur n’est là non pour tenir le volant et diriger le véhicule, mais pour reprendre la main au moindre incident.

Impact sur les infrastructures et niveau d’acceptabilité

Le principal enjeu pour la métropole est d'évaluer les conséquences de ces véhicules autonomes quant à l’équipement futur des infrastructures de voirie. "Le véhicule sans chauffeur au volant circulant partout sur n'importe quelle voie, ce n'est pas pour demain", estime l'élu. L’expérimentation sert notamment à définir la façon dont les véhicules autonomes pourront opérer sur des infrastructures spécialement conçues pour les accueillir et avec qui ils dialogueront : panneaux de signalisations, feux de circulation… mais aussi des capteurs installés sur la voirie pour compléter les données enregistrées via les équipements embarqués.
Au-delà, l’acceptation du véhicule autonome par les usagers est un préalable à sa mise en exploitation. "Les retours des 700 usagers qui ont été transportés à titre expérimental sont positifs. Les passagers -testeurs disent notamment se sentir en sécurité. Un sentiment qui tient au fait que le véhicule est programmé pour respecter très scrupuleusement le code de la route… générant parfois une impression de lenteur pour les passagers, par exemple lors d’un ‘céder-le-passage’ un peu plus long que ne l'aurait marqué un humain.

Perspective : une ligne de véhicule autonome régulière 

Le véritable défi technique est de confronter le véhicule autonome aux imprévus de la route. Si un humain différencie en quelques fractions de secondes un véhicule de livraison d'une voiture en panne, c'est plus compliqué pour la machine. Chacun de ces micro-incidents est l'occasion d'apporter des améliorations aux algorithmes de conduite, préalable à l'ouverture du service au public. "Notre objectif est d'ouvrir le service à tout le monde à partir de 2020 et d'être la première métropole à créer une ligne de véhicules autonomes régulière : des véhicules où il aura toujours un agent,  car non seulement la loi n'autorise pas l'absence de superviseur mais nous avons aussi des obligations en matière de sécurité et de quiétude à l'égard des voyageurs" précise le président de la métropole.

Les partenaires impliqués dans l’expérimentation accueillie dans la métropole Rouen Normandie

Labellisée par le gouvernement, l'expérimentation rouennaise dispose d’un budget de 11 M€ sur 3 ans (2017-2019) et fait appel à des financements publics et privés.  Les financements privés sont apportés par trois partenaires : Transdev qui a initié le projet, le Groupe Renault -qui produit les Zoé électriques dans son usine de Cléon sur le territoire de la métropole -  et le groupe Matmut, historiquement implanté à Rouen
Les partenaires publics sont la métropole Rouen Normandie qui apporte 2,64 millions d’euros, l’État dans le cadre du pacte métropolitain d’innovation, le conseil régional de Normandie et le groupe Caisse des Dépôts. Par ailleurs, sont associés au projet des laboratoires de recherche et des centres de formation spécialisés dans les sujets de mobilité, notamment l’Esigelec.

En savoir plus sur les autres projets labellisés :

Seize expérimentations pour piloter l'arrivée des véhicules autonomes sur des territoires,  tant en zones rurales qu'urbaines sont lancées dans le cadre de deux consortiums de projets, retenus suite à l'appel à projets de l'Ademe Evra (Expérimentation du véhicule routier autonome).
 
 

Métropole Rouen Normandie

Nombre d'habitants :

490001

Nombre de communes :

77
108, Allée François Mitterrand, CS 50589
76006 Rouen Cedex

Frédéric Sanchez

Président

Marion Falourd

Attachée de presse
Haut de page