Logement - La trêve hivernale des expulsions locatives est prolongée de 15 jours

La trêve des expulsions locatives, qui devait s'achever le 15 mars, est prolongée de quinze jours en raison de la "situation exceptionnelle liée aux conditions climatiques", a appris l'AFP, mardi 12 mars, auprès du ministère du Logement.
Cette décision de ne pas procéder à des expulsions par la force publique avant le 31 mars a été prise par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, sur proposition de Cécile Duflot, avec l'accord du ministre de l'Intérieur Manuel Valls, est-il précisé de même source. Il s'agirait de "répondre à la situation exceptionnelle liée aux conditions climatiques", a expliqué le ministère du Logement.
Une semaine auparavant, le mardi 5 mars, Cécile Duflot avait affirmé qu'aucune personne hébergée dans un centre d'urgence ne serait remise à la rue après le plan hivernal. "C'est plus qu'un objectif, c'est ce qui est prévu, ce qui est préparé", avait-elle assuré en marge de l'inauguration d'un centre d'accueil de jour Emmaüs rénové, dans le Ier arrondissement de la capitale. "Dans tous les départements, on fait remonter un plan de sortie d'hiver, qui permet de faire en sorte qu'il n'y ait aucune remise à la rue, qu'on puisse pérenniser des lieux d'hébergement", a-t-elle ajouté. Elle devait notamment s'entretenir avec les préfets des départements franciliens, là où "la situation est la plus difficile" selon elle.

 

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle