Localtis

L'Agence nationale du sport vote un fonds territorial de solidarité

L'Agence nationale du sport annonce la création d'un fonds territorial de solidarité de 15 millions d'euros pour les associations sportives. Une première réponse spécifique pour ce secteur. Un plan de relance est aussi annoncé. Il devrait viser les associations employeuses.

Le secteur du sport a été durement touché par la crise du Covid-19. Comme d'autres. Il n'a bénéficié d'aucune mesure économique spécifique. Contrairement à d'autres. Ses entreprises et associations employeuses se sont tournées vers les mesures de droit commun (prêt garanti par l'État, chômage partiel). L'Agence nationale du sport (ANS) rectifie le tir. Démontre "sa capacité d'adaptation", diront les termes officiels.
Le conseil d'administration du 25 juin a voté la création d'un fonds territorial de solidarité de 15 millions d'euros. 8 millions proviennent de l'annulation ou du report de projets en raison de la crise sanitaire. Le solde de crédits du ministère des Sports.
Son but : accompagner les associations sportives les plus impactées par la crise. Celles qui n'étaient pas éligibles aux dispositifs de droit commun. 
Ses priorités ? Réussir la rentrée de septembre. Réaliser des diagnostics territoriaux. Accompagner des actions dans le cadre de nouveaux dispositifs (2S2C, vacances apprenantes, etc.). 
L'ANS assure : "Le déploiement de ce fonds dédié fait d’ores et déjà l’objet de nombreuses interactions avec les collectivités territoriales et le mouvement sportif afin de mettre en cohérence et en complémentarité l’ensemble des dispositifs spécifiques engagés aussi bien au niveau national que territorial."
Question : les petites associations sportives non éligibles aux dispositifs du gouvernement sont-elles les plus concernées par ces dispositifs ? Elles ne comptent souvent aucun salarié. Comment pourront-elles répondre à la demande d'une collectivité locale pour organiser un accueil 2S2C ?

Un plan de relance à la rentrée

Ce fonds suffira-t-il à faire repartir l'activité des associations sportives ? Sans doute pas. Son montant semble trop modeste. La France compte plus de 300.000 associations sportives. L'immense majorité n'emploie aucun salarié. N'a touché aucune aide. Toutes ont stoppé net leur activité en mars. Toutes ont souffert. Une aide de 1.000 euros sera la bienvenue pour les plus mal en point. Elle ne touchera que 5% d'entre elles.
Pour ces associations non employeuses, ce sera probablement la seule aide. Un communiqué du 25 juin informe : "La ministre des Sports travaille avec tous ses partenaires à un plan de relance du sport en prévision de la rentrée avec l’objectif de favoriser la reprise de l’activité sportive dans les clubs, notamment via le renforcement de l’emploi sportif."  
Dans ce même communiqué, le ministère fait le point sur le soutien fourni au secteur sportif. 2,78 milliards au titre des aides d'État de droit commun. 
Autre annonce : "La mobilisation de Roxana Maracineanu auprès de la Commission européenne a permis de négocier une dérogation aux aides d’État permettant une augmentation du plafond de subventions et d'achats de prestations aux clubs sportifs par les collectivités locales à hauteur de 1,5 milliard d’euros au maximum." Un coup de pouce ? Un appel du pied de l'État aux collectivités. Auront-elles les moyens de soutenir le sport professionnel en cette période ?

 

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Haut de page