Environnement - L'Autorité de la concurrence enquête sur le prix des canalisations d'eau

L'Autorité de la concurrence, qui enquête sur une éventuelle entente sur les prix de canalisations d'eau, a procédé à des perquisitions dans plusieurs entreprises, dont une filiale de Veolia Eau. Ces informations, révélées par le site internet du magazine Capital et relayées par le quotidien le Monde ont été confirmées sans autre commentaire par une porte-parole de l'Autorité de la concurrence.
Selon Capital, des perquisitions ont eu lieu le 15 décembre et, d'après Le Monde, "la procédure vise au total une dizaine d'entreprises, dont cinq basées en région parisienne et ayant contracté avec le Syndicat des eaux d'Ile-de-France (Sedif)": la Sade, filiale de Veolia Eau, l'Urbaine de travaux (groupe Fayat), Gagneraud Construction, ainsi que Valentin et Sobea Environnement (groupe Vinci). Le PDG de la Sade, Dominique Bouillot, a confirmé à l'AFP que ses bureaux avaient été inspectés mi-décembre. "L'enquête telle qu'elle m'a été notifiée porte sur tous les marchés d'extension, de rénovation, de réhabilitation des réseaux d'eaux usées, pluviales et potables sur toute la France" et pas seulement l'Ile-de-France, a-t-il souligné.
Cette enquête fait suite à une saisine de l'UFC-Que choisir de septembre 2007 à propos des prix pratiqués pour le remplacement de canalisations en plomb, rendu obligatoire d'ici 2013 par une directive européenne. En étudiant les appels d'offres du Sedif pour le remplacement d'éléments de tuyauterie en plomb, "nous avons constaté une grave anomalie des prix, qui, à notre sens, ne sont pas concurrentiels", a expliqué Marie de Prandières, juriste de l'UFC-Que choisir. Pour les marchés attribués en 2003 et en novembre 2004, "les prix étaient très supérieurs à ceux qui pouvaient être constatés dans des territoires voisins, sans grande différence technique qui pourrait justifier cette différence de prix", a-t-elle précisé. Par exemple, le syndicat de la presqu'île de Gennevilliers "obtenait pour 2003 un prix unitaire du changement d'un branchement au plomb pour 1.191 euros, alors que pour le Sedif, le prix était autour de 2.300 euros", a-t-elle encore illustré.
"L'UFC-Que choisir compare des choses qui n'étaient pas du tout comparables", notamment sur les spécificités et la composition technique des branchements, a réagi Dominique Bouillot. Le patron de la Sade a affirmé attendre "avec beaucoup de sérénité" l'issue de l'enquête de l'Autorité de la concurrence, qui n'interviendra pas avant plusieurs mois.
Cette affaire tombe au moment où Veolia Eau reste seul en compétition avec Suez Environnement pour remporter l'appel d'offres du Sedif concernant la distribution d'eau potable et l'assainissement dans 144 communes franciliennes. La Saur et Derichebourg avaient été présélectionnées. Mais la première a renoncé et la seconde a finalement été écartée le 22 janvier, son offre ayant été jugée "incomplète". 

 

D'après AFP
 

 

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle